• Portrait et description

    L'expression écrite:

    La description

    (fiche)

     

     

     

     

     

     

    Plan de la page:

     

    I- Définition

     

    II- Où se place la description ?

    Au début du récit

    À l'intérieur du récit

     

     

    III- Les outils grammaticaux à utiliser

     

     

    IV- À quoi sert une description ?

    Informer et expliquer

    Exprimer les sentiments

     

     

    V- La description objective

     

    VI- La description subjective

     

     

     

     

     

     

    I- Définition:

    Une description est le plus souvent un arrêt dans le récit . Elle sert à faire percevoir au lecteur le cadre ou des éléments du cadre dans lequel se déroule une action.
    Une description peut faire comprendre: une situation historique, un milieu social, un paysage et son atmosphère. Ces éléments sont nécessaires à la cohérence du récit .

     

    II- Où se place la description?

    1. Au début du récit:

    On décrit le lieu où va se dérouler l'action . Cela peut être un paysage extérieur (une forêt, une montagne...) ou un lieu fermé (une maison ou une de ses pièces...).

     

    2. À l'intérieur du récit:

    La progression du récit peut entraîner un changement de lieu: on fait une description lorsqu'un personnage se déplace, ou lorsqu'il arrive pour la première fois dans un lieu important pour l'action .

     

     

     

     

     

     

    III- Les outils grammaticaux à utiliser:

      Afin d'alléger les phrases, pensez à toutes les formes d'expression du groupe nominal.
    Exemple: qui se produit en même temps = simultané, de la commune = municipal.
      Évitez les cascades de relatives. N'écrivez pas par exemple: Je vois les lumières qu'on vient d'allumer et qui brillent et dont la lueur me rassure.
      Choisissez le pronom relatif qui convient. A chaque fonction correspond une forme différente du pronom.
    Exemple: N'écrivez pas: C'est l'histoire que je t'ai parlé et qu'il m'a racontée. Mais écrivez: C'est l'histoire dont je t'ai parlé et qu'il m'a racontée.

     

    IV- À quoi sert une description?

    1. Informer et expliquer:

    La description des lieux ou des objets permet au lecteur de mieux comprendre le déroulement de l'action. C'est une description objective des choses.

     

    2. Exprimer les sentiments:

    La description peut traduire les sentiments du personnage qui regarde, à travers:
    L'impression d'ensemble qui se dégage de l'objet décrit (tristesse ou gaieté...)
    Le style utilisé: la construction de la phrase, le vocabulaire (favorable ou défavorable), les images. Par exemple, si un lieu est comparé à une prison, on sait que le personnage s'y sent mal à l'aise. C'est une description subjective.

     

    V- La description objective:

    Comme on l'a déjà dit, la description objective sert à décrire les objets et les choses comme ils sont sans ajouter les sentiments. D'ici pour avoir une bonne description objective, il faut suivre les conseils suivants:
      Choisissez un point de vue externe et un angle de vision approprié.

    Consulter dans cette partie: le récit ou les points de vue (focalisations ) dans la page Espacefrancais.com/roman.html
      Enrichissez votre description par les champs lexicaux appropriés. Utilisez des noms propres, des mesures et des distances.
      Caractérisez l'objet décrit par des adjectifs qualificatifs, des compléments du nom, une subordonné relative.
      Organisez l'espace en différents plans.
      Employez les indicateurs spatiaux et les mots-liens (connecteurs sans charge affectifs) appropriés.
      Évitez les "il y a", les "se trouve", les "on voit", etc., et employez des verbes vivants, expressifs (d'action, de mouvement, d'attitude) ayant pour sujets grammaticaux les éléments décrits.
      Privilégiez l'emploi du présent atemporel (de vérité générale), le temps de la description étant « statique », une sorte de time-out, à la différence du temps de la narration qui est « dynamique ». N'oubliez pas aussi d'employer l'imparfait de l'indicatif étant le temps de la description.

     

    VI- La description subjective:

    La description subjective sert à traduire les sentiments du personnage qui regarde. Il décrit tout en évoquant ses sentiments. Les conseils à suivre sont les suivants:
      Employez le présent actuel ou atemporel ou l'imparfait de description.
      Enrichissez votre description par le champ lexical de l'affectivité sans négliger celui de la lumière, la couleur, la forme...
      Utilisez des phrases de type déclaratif et de forme affirmative...
      Employez les adverbes qui marquent l'intensité, l'émotion...
      N'oubliez jamais les adjectifs à valeur affective (appréciative ou dépréciative), les modalisateurs et les connecteurs ...
      Insistez sur le vocabulaire de l'affectivité qui se rapporte à la psychologie, aux émotions et aux sentiments...

     

           

     

    L'expression écrite:

    Le portrait

    (fiche)

     

     

     

     

     

     

    Plan de la page:

     

    I- Le portrait physique

    Aspect général

    Le visage

    Les membres

     

     

     

    II- Le portrait moral

     

    III- Quelques conseils

     

     

     

     

     

    Le portrait est une description physique ou morale d'un personnage.

     

    I- Le portrait physique:

    1. Aspect général:

    On commence par évoquer l'âge de la personne (adolescent, jeune, vieux...) puis la taille (courtaud, trapu, haut...) ensuite la masse (mince, gros, ventru, obèse, corpulent...) enfin l'attitude (leste, souple, gracieux, prompt...).

     

    2. Le visage:

    Le choix de quelques détails caractéristiques de la physionomie du personnage permet d'annoncer son portrait moral:
      Le visage peut être (maigre, osseux, ridé, lisse...).
      Sa forme (ovale, carré, arrondi...).
      Le teint (blanc, brun, rose, injecté de sang, bronzé, blême...).
      La physionomie (gaie, triste, froide, souriante...).
      Les cheveux (châtains, roux, ondulés, dorés, fauve, lisses, crépus, touffus...).
      Le front (étroit, large, bombé, aplati...).
      Les yeux (flamboyants, enfoncés, vifs, étincelants, cernés, tombants, larmoyants...).
      Le nez (retroussé, camus, en bec d'aigle, crochu...).
      La bouche (mince, charnue, épaisse, souriante, entrouverte...).
      Les joues (pommettes, creusées, joufflues...).
      Le menton (rond, carré, pointu...).

     

    3. Les membres:

      Les épaules (larges, étroites, carrées...).
      Les mains (douces, fines, massives, musclées, ridées...).
      Les jambes (musclées, grosses, arquées, élancées...).
      La démarche (majestueuse, gracieuse, vive, fière, raide, boiteuse, élégante...).
    Après avoir tracé le portrait physique en choisissant les éléments particuliers du personnage, on doit parler des occupations de ce dernier (vétérinaire, chômeur, architecte, fabricant, juge, dentiste, fermier...)

     

    II- Le portrait moral:

    Le caractère ou la situation sociale d'un personnage sont le plus souvent suggérés par le geste, l'expression du visage, la façon de parler, par une occupation habituelle, par un acte exemplaire...
    Mais on doit parler aussi:
      Qualités intellectuelles du personnage (instruit, cultivé, intelligent, sage, lucide, savant...).
      Les qualités morales (généreux, charitable, loyal, honnête, franc, aimable, ambitieux...).
      Les défauts intellectuelles (illétré, analphabète, inculte, idiot, débile...).
      Les défauts moraux (impoli, avare, hypocrite, curieux, arrogant, odieux...).
    Il faut aussi brosser le portrait en action de la personne c'est-à-dire la présenter en train d'agir. Le portrait en action nous éclaire sur le caractère du personnage.

     

    III- Quelques conseils:

      Il faut enrichir le portrait par des comparaisons et des métaphores .
    Exemple: Des yeux d'une biche (métaphores ).
      Les oppositions enrichissent encore le portrait.
    Exemple: Elle aurait bien voulu être habile, mais elle ne faisait que des catastrophes.
      Il ne faut pas seulement énumérer les particularités physiques mais aussi les qualifier.
    Exemple: Il avait les yeux bleus vifs qui réflétaient sa sincérité.
      L'utilisation trop fréquente des verbes être et avoir manque d'originalité et alourdit la phrase. D'ici il faut regrouper toutes les composantes du portrait en une seule phrase en se contentant d'un seul verbe.
    Exemple: Marc était un grand garçon, aux yeux bleus et aux cheveux blonds...
      Pour donner à votre phrase plus d'originalité et pour éviter les clichés, vous pouvez avoir recours à un présentatif ou à une tournure exclamative ou interrogative.
    Exemple: Quelle était belle Jeanne! Cette grande jeune fille aux cheveux blonds!...
      Employez les verbes qui décrivent l'attitude ou le mouvement du personnage.
    Exemple: Se courber, se renverser, haleter...
      Dans la conclusion, il est à conseiller de mettre les impressions personnelles sur le personnage.

     

         

     

    La conjugaison:

    La concordance des temps

     

     

     

     

     

     

    Plan de la page:

     

    I- L'indicatif dans la subordonnée

    Le verbe de la principale au futur ou au présent

    Le verbe de la principale au passé

    Les limites de la concordance des temps

    Tableau récapitulatif

     

     

     

     

    II- Le subjonctif dans la subordonnée

    Le verbe de la principale au futur ou au présent

    Le verbe de la principale au passé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    I- L'indicatif dans la subordonnée:

     

    1. Le verbe de la principale au futur ou au présent:

    Les temps sont employés, en fonction du sens, par rapport au temps du verbe de la principale:
    Exemple: Comme il a gelé, les automobilistes savent qu'ils ne pourront emprunter les routes que lorsqu'elles auront été salées.
    Ainsi cet exemple pourra être schématisé sur l'axe de temps de cette façon:

    -- a gelé --- savent (Présent) --- auront été salées --- pourront ---»

     

    2. Le verbe de la principale au passé:

    Les temps, ici employés en fonction du sens par rapport au temps du verbe de la proposition principale, se trouvent modifiés par l'application de la règle de la concordance des temps:
    Exemple: Comme il avait gelé, les automobilistes savaient qu'ils ne pourraient emprunter les routes que lorsqu'elles auraient été salées.
    Ainsi cet exemple pourra être schématisé sur l'axe de temps de cette façon:
    -- avait gelé --- savaient (Présent) --- auraient été salées --- pourraient ---»

     

    3. Les limites de la concordance des temps:

    La concordance des temps n'est pas toujours un automatisme et peut ne pas être respectée.
    Ainsi, un présent dans un récit au passé peut être un présent de vérité générale;
    Exemple: Elle savait pourtant que la terre tourne.
    Et un futur peut être le signe du discours indirect libre, etc.
    Exemple: Elle claquait des dents: ils passeront par Laon, ils brûleront Paris (Sartre).

     

     

     

     

     

     

    4. La concordance du temps: tableau récapitulatif:

     

    Temps du verbe de la subordonnée

    Principale au présent
    (ou au futur)

    Principale au passé

    Temps du verbe de la subordonnée

    présent

    je sais qu'il gèle

    je savais qu'il gelait

    imparfait

    imparfait

    je sais qu'il gelait

    je savais qu'il gelait

    imparfait

    passé simple

    je sais qu'il gela

    je savais qu'il avait gelé

    plus-que-parfait

    futur

    je sais qu'il gèlera

    je savais qu'il gèlerait

    conditionnel présent

    passé composé

    je sais qu'il a gelé

    je savais qu'il avait gelé

    plus-que-parfait

    plus-que-parfait

    je sais qu'il avait gelé

    je savais qu'il avait gelé

    plus-que-parfait

     

     

    Dès qu'il eut gelé, il rentra

    passé antérieur

    futur antérieur

    je sais qu'il aura gelé

    je savais qu'il aurait gelé

    conditionnel passé

     

    II- Le subjonctif dans la subordonnée:

    1. Le verbe de la principale au présent ou au futur:

    Le présent ou le passé du subjonctif sont employés selon le sens:
    - Le présent du subjonctif pour exprimer une action présente ou future:
    Exemple: Je veux qu'elle soit heureuse (maintenant ou plus tard).
    - Le passé du subjonctif pour exprimer une action accomplie, passée ou future:
    Exemple: Je souhaite qu'il soit arrivé (déjà ou avant mon départ).

     

    2. Le verbe de la principale au passé:

    Dans la langue soutenue, la règle de concordance des temps veut que le verbe de la subordonnée soit à l'imparfait ou au plus-que-parfait du subjonctif:
    Exemple: Je voulais qu'elle fût heureuse (imparfait du subjonctif) / Je souhaitais qu'il fût arrivé (plus-que-parfait du subjonctif).
    À l'oral et dans la langue écrite courante, la règle de la concordance des temps est rarement appliquée, surtout aux premières et deuxièmes personnes:
    Exemple: Il voulait que nous soyons heureux (présent du subjonctif au lieu de l'imparfait: fussions).
    Je voulais que tu aies mangé (passé du subjonctif au lieu de plu-que-parfait: eusses mangé).

     

           

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :