• MESSE D'ACTION DE GRÂCE

     

    Célébration sous le signe de la Vierge Marie.

     

    A l'occasion de sa messe d'action de grâce, le dimanche 15 août 2010, et qui se trouve être l'Assomption de la Vierge Marie, l'Abbé Patrice ne peut faire d'autre que placer sa messe sous le signe de la Vierge Marie. En ce jour, la célébration qui a débuté à 9 heures 10 mins se résumait en quelques mots : « Par Marie, je rends gloire à Dieu ». La cérémonie était riche en couleur de la Vierge Marie.

     

     

    Une procession avec la Vierge Marie

    Comme annoncé, les paroissiens se sont rendus au Village Marie Dominique à 7 h 30. Ce fut d'abord un rassemblement timide, une attente inquiétant des présents, avant d'être une foule délirante emportée par la fanfare venue en cette occasion de Cocody Blokoss. La procession a effectivement débuté à 8 h 10 par un « Notre Père » et par un « Je vous salue Marie». Une procession, dont à la tête les servants de messe, suivi par la statue de la Vierge Marie véhiculée et viennent la fanfare et les paroissiens, a longé la voie menant sur la ligne 11 passant par le devant de la pharmacie du Marais. Devant la procession de Saint François d'Assise, il y avait celle de Notre Dame de l'Assomption de Koumassi de Prodomo. Par des danses et des chants, en délire, les paroissiens, qui impatients au départ, ont magnifié la Mère de Jésus-Christ. C'est à 9 heures que la procession d'une foule en liesse est arrivée à la paroisse avec la Vierge Marie.

     

    Une célébration à l'unisson

    La célébration de l'Eucharistie de ce jour a réuni 9 prêtres, 2 séminaristes, 3 chorales, des délégations venus de Bonoua, de Saint Joseph Artisan, de Christ Roi de Jean Folly... Prêtres, invités, parents, frères, sœurs et amis de l'Abbé Patrice KOUASSI, laïcs, paroissiens...tous, à l'unisson ont décidé de le soutenir par la glorification de Dieu de l'avoir fait prêtre du Christ. Les Pères présents étaient les pères ZONGO François, Jesus, AFFEZUKE Innocent, SORO Denis (de notre paroisse), BINI Alain, HARDING Evariste (Saint Jean de Cocody), Jean N'GOLE Richard (Christ Roi de Jean Folly), Franck BLANKO (Saint Marcel de Bingerville) et un père venu du BURKINA FASO ont rehaussé de la célébration en étant aux côtés de leur frère et «ami promotionnaire » dans le sacerdoce, en témoignant l'union et la solidarité qui prévalent au sein de la communauté chrétienne. Cette union est aussi renforcée par la présence de deux séminaristes : N'TAYE Evrard et Cédric LATH. Côté animation, une symphonie de Chorale et de fanfare a assaisonné l'ambiance déjà au paroxysme et a emporté les fidèles à une joie immense oubliant la durée longue de la messe. La chorale Marie Auxiliatrice et la chorale Saint Joseph soutenues par la chorale Saint Famille de Jean Folly de Port-Bouet et par la fanfare de Saint Michel de Cocody Blokoss.

     

    Une homélie pleine d'enseignement

    L'homélie faite par le Père ZONGO a identifié la Vierge Marie à l'amour. En effet, « À travers elle, c'est le choix inéluctable pour l'amour de l'humanité », a-t-il dit. Pour le Père, il est impensable que la Vierge Marie soit morte car Marie est l'expression totale de l'amour de Dieu : « Dieu a aimé le monde en donnant son fils. Et Marie a accepté de porter cet enfant. Rendu pure, elle devient elle aussi amour », a-t-il ajouté. Dieu est amour et Dieu ne meurt pas car  «  l'amour n'est pas la mort ; l'amour est tellement puissant que la mort, parce que Dieu est amour », a-t-il complété avant de dire que chacun de nous doit cultiver l'amour car « c'est en cultivant l'amour que nous allons échapper à la mort ». après avoir commenté l'Assomption de Marie, il s'est adressé à son plus jeune frère dans le sacerdoce en disant que c'est Dieu qui appelle  et que le chemin du sacerdoce est rempli d'embûches et d'obstacles mais que c'est l'Esprit de Dieu qui choisit : « C'est Dieu qui nous choisit par amour ; tu as choisi la sainteté, en demeure, sois humble et pauvre serviteur comme la Vierge Marie car c'est en le restant que tu pourras aider tes amis à sortir du péché et du feu de l'enfer, lutte contre le péché, n'oublie pas d'où tu viens, intercède et prie pour le peuple et sache que le peuple a besoin d'un prêtre qui est proche de lui. » De l'Abbé Patrice au peuple de Dieu, le Père a interpellé et lancé un vif appel à la responsabilité de tous face à l'adultère, à la fornication et à la corruption : « On ne peut pas construire une famille à l'image de la Sainte Famille si on se laisse vautrer dans le fauteuil de l'adultère et de la corruption » avant de conclure par une invite à la vocation sacerdotale.

     

    Un témoignage plein d'émotion

    Sous l'invite du Père ZONGO, l'Abbé Patrice, au pupitre, a dit sa joie de dire comment il est devenir prêtre. C'est en classe de CM1 qu'il a fait sa rentrée en Paroisse de Saint François d'Assise à l'insu de ses parents qui n'étaient pas encore catholique. Il était turbulent comme tous les garçons de son âge à l'époque qui rêvait d'être un jour père de famille : « mon intention n'est pas de devenir prêtre un jour car je les trouvais bizarres. Pour moi, c'est d'avoir une maison, une voiture, une femme et des enfants. Voici la vie que j'ai tant rêvée. », a-t-il dit. C'est réellement en classe de 4ème que la vocation de devenir prêtre est née. Et sous la direction du Père Enrique Franco, il milite le groupe vocationnel. Après plusieurs hésitations et fugues jusqu'en classe de Terminale, il rentra enfin au petit séminaire puis au grand séminaire. C'est là-bas qu'il rencontre réellement la Vierge Marie à qui il confie la conversion de sa mère. Aujourd'hui, sa mère est chrétienne catholique baptisée et confirmée, et lui, prêtre diocésain et le premier de Saint François d'Assise.

     

    Une agape dans la joie et dans la déception

    En fanfare, après la célébration riche en couleur de la Vierge Marie, à 12 h 15 mins, l'Abbé est escorte, au village Marie Dominique pour le partage. Les paroissiens et les invités qui ont pris par à ce partage du repas fraternel ne peuvent pas s'en plaindre car tout le monde a eu sa part à la nourriture et à la boisson. Tout le monde a mangé et a bu dans une liesse bercée par l'animation d'Hermann BENON et de KOFFI Serges, et par l'ivresse symphonique de la fanfare de Blokoss. La joie était au rendez-vous et sur les visages, ce qui a permis de dissiper la déception de quelques invités causée par le langage verbal et l'inattention des serveuses à leur égard. Déception aussi, causée par le retard du service et par la négligence de certains invités. Comme l'adage le dit « devant la nourriture et la boisson, les vieilles querelles se dissipent », les déçus se sont donc résignés à prendre par à la joie de tous.

     

    Les « à coté »

    La célébration de l'Eucharistie a nécessité 3 bâches, 300 chaises, et pour le repas au village Marie Dominique, le comité d'organisation a déployé 4 bâches, 24 tréteaux, une table d'honneur, 200 chaises et une centaine de bancs. Monsieur le Maire de Koumassi qui s'est fait représenté par Madame COFFI Hortense a remis 50000 francs à l'Abbé Patrice et 50000 francs au comité d'organisation. Il a été annoncé que ce jour était aussi la date anniversaire de la vice présidente du conseil paroissial, Madame ADJE. Cette dernière a convié les organisateurs chez elle à la cité SIR pour un repas de remerciement.

    En ce jour, on a vu en les paroissiens une communauté unie et priante car tout le monde s'implique. Que ceci demeure pour toujours et qu'on puisse dire « Saint François d'Assise, tous unis, avec Dieu nous ferons des exploits ».

                                                                                                                          Didier Placide


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique