• LE RETOUR A LA VIE DE LAZARE

     

    Introduction

                La Bible nous rapporte plusieurs récits de « retour à la vie » : Elié et le fils de la veuve de Sarepta (1R17, 17-24), Elisée et le fils de la Sunnamite (2R4, 18-37), un homme jeté sur les ossements d'Elisée (2R13, 31), Jésus et la fille de Jaïre (Mc 5,22-43), Jésus et le fils de la veuve de Naïm (Lc 7,11-17), Jésus et Lazare (Jn 11,1-44), de nombreux « saints trépassés » juste après la mort de Jésus (Mt 27, 51-53), Pierre et Tabitha (Ac 9,36-42), Paul et Eutyque (Ac 20, 9-12)... Nous voyons que tout au long de la Bible, la mort et la vie sont des thèmes très abordés. La vie vient de la mort ; la mort est le résultant de la vie, et vice-versa. Aujourd'hui, il nous ait donné d'appréhender ces mêmes thèmes (la mort et la vie) à travers la mort de Lazare (Jn 11, 1-44). Le retour à la vie de Lazare est une invitation à croire pour recevoir le Don de la vie éternelle. Deux axes nous permettront de saisir cela. Ce sont l'appréhension de la mort de Lazare et les attitudes des disciples, de Marthe et de Marie, et de Jésus.

    •I-                   L'appréhension de la mort de Lazare

    1- la conséquence de la mort physique

    Lazare est malade, et comme l'aveugle né en Jean 9, il nous représente tous (cf. Lc 5,31-32). Rappelons nous que la maladie était comprise à l'époque comme la conséquence du péché. Dans un tel contexte, les guérisons accomplies par Jésus manifestaient sa capacité à faire disparaître la cause directe de la maladie : le péché. Ces guérisons devenaient ainsi le signe visible de la Toute Puissance de la Miséricorde de Dieu à l'œuvre avec lui et par lui. Le récit le plus explicite à ce sujet est la guérison du paralytique (Lc 5,17-26). Nous voyons que « la guérison de toutes maladies » suit immédiatement « le pardon de toutes offenses », comme une conséquence incontournable de ce pardon... Avec de telles croyances, la guérison apparaissent donc comme la face visible du pardon. La maladie était comprise comme la conséquence du péché. Qu'en est-il de la mort physique ? Tout comme la maladie dans les Evangiles, la mort physique va donc jouer d'une image, d'une parabole renvoyant aux conséquences les plus graves du péché : la mort spirituelle. La mort physique est donc comprise comme la conséquence des plus graves péchés. Qu'en est-il de la mort de Lazare ?

    2-la mort de Lazare

                Le Christ ne cherche qu'à manifester par tous les moyens possibles, y compris les guérisons, l'Amour de Miséricorde que le Père porte à tous ses enfants blessés par leurs péchés... Et ce sera toute l'œuvre de la Miséricorde Toute Puissante de Dieu que de manifester sa victoire sur la mort spirituelle en donnant ce signe, le plus fort de l'Evangiles de Jean, du retour à la vie de Lazare. Alors « si le salaire du péché, c'est la mort » (Rm 6,23), la mort spirituelle qui est la privation de la Plénitude de la vie éternelle ; « le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus, notre Seigneur » car telle est la volonté du «  Père des Miséricordes » : « Que tous les hommes soient sauvés » et vivent de sa vie (Rm 6,23 ; 2 Co 1,3 ; 1Tm 2,3-6 ; Jn 10,10). Et face à Lazare dans son tombeau ; Jésus le pressentait comme une pleine révélation de la Lumière. Ce qui allait provoquer la réaction la plus forte des ténèbres. Comme l'indique en note la Bible de Jérusalem pour Jn11, 4(« cette maladie ne mène pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu afin que le Fils de Dieu soit glorifié »). Jésus aimait Marthe et sa sœur, et Lazare... Et pourtant, à l'annonce de la maladie de ce dernier, il décide de demeurer deux jours encore dans le lieu où il se trouvait. Cette réaction semble, à première vue, incompréhensible. Pendant ce temps Lazare est mort. C'est enfin au quatrième jour, il se met en route avec ses disciples pour rejoindre les deux sœurs. Pourquoi il a donc voulu arriver ce quatrième jour ? C'est pour que ses Paroles et ses actes, qui ne visent que la Gloire du Père et la vie de l'homme, aient le plus de poids possible dans le contexte social, culturel et religieux de son époque. En effet, Xavier Léon Duffour (lecture de l'Evangile de Jean, tome II, p.407) écrit : « cette durée (de quatre jours) n'est pas choisie au hasard ; elle correspond à la croyance selon laquelle c'est à partie du quatrième jour que l'âme, qui voletait encore autour du cadavre, ne peut plus y rentrer. Il fallait que Lazare fût réellement mort, et la putréfaction commencée pour manifester quelle est la victoire du Christ. »

    •II-                Les attitudes des disciples, de Marthe et de Marie, et de Jésus

    1- l'attitude des disciples

    «  Allons de nouveau en Judée », Jésus décide donc enfin de partir. Mais les disciples ont peur pour lui car ils disent « Rabbi, tout récemment les juifs cherchaient à te lapider et tu retournes là-bas. » Ils ont peur comme autrefois, lorsqu'une violente tempête les avait surpris en plein milieu du lac de Tibériade. Mais Jésus essaye donc de les encourager : « N'y a t-il pas douze heures de jour ? Si  quelqu'un marche le jour, il ne bute pas, parce qu'il voit la lumière de ce monde, mais s'il marche la nuit, il bute, parce que la lumière n'est pas en lui ». Et les disciples acceptent de le suivre mais ils n'oublient pas pour autant la menace qui pèse sur Jésus et sur eux. « Allons, nous aussi, pour mourir avec lui. » Cette affirmation de Thomas semble bien courageuse. Son attitude volontariste montre que marcher avec Jésus comporte des risques, mais c'est aussi avancer vers la pleine Lumière.

    2-l'attitude de Marthe et de Marie

                Lorsque la venue de Jésus est annoncée, Marthe est la première à se lever pour aller le rejoindre. A la rencontre de Jésus, elle réaffirme sa foi : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l'accordera ». Le contexte suggère le contenu de cette demande, mais comme l'indique la Bible de Jérusalem en note, « Marthe s'arrête comme au seuil d'une impossible prière ». Evidemment, au début, elle croit seulement que Jésus est un intercesseur privilégié auprès de Dieu et que la résurrection espérée aura lieu au dernier jour. Pour lui permettre d'approfondir sa foi, Jésus affirme qu'il est lui-même la source de la résurrection. Une résurrection qui commence dans le moment présent, avec la libre décision de croire. Celui qui vit uni au Seigneur participe déjà à la vie nouvelle, qui est donnée par la résurrection du Christ. Ce que Dieu attend de nous, c'est que nous acceptions de nous laisser aimer ainsi, gratuitement. A l'invitation de sa sœur, Marie rejoint Jésus, tombe à ses pieds et pleure... Expression de la désolation, mais elle, aussi, a une foi comme sa sœur en Jésus. Les lamentations de Marie prouvent son attachement humain envers Lazare, car devant la mort, l'être humain éprouve répulsion, tristesse et parfois colère.

    3- l'attitude de Jésus

                Face aux pleures de Marie et à la mort de son ami Lazare, Jésus est troublé, et pleure. « Jésus pleura ». Dans notre texte, par la désolation de Marie qu'il aimait, puis par la remarque de ceux qui étaient là, Jésus se trouve affronté à la réalité de la mort, non seulement celle de Lazare mais la sienne imminente selon l'orientation, et il réagit par un combat intérieur. En effet, au-delà de son amitié pour Lazare, le trouble intense et les larmes de Jésus montrent à quel point il s'engage contre tout ce qui empêche l'humanité de vivre dès maintenant sa propre résurrection. La réalité de la souffrance et de la mort n'est pas niée par celui qui annonce en même temps le triomphe sur la mort. Si ceux qui sont là «  constatent les larmes et les attribuent à son amitié pour Lazare ; cette explication vaut mais elle reste en deçà de la vérité : les larmes silencieuses de Jésus proviennent de l'amour du Père qui, à travers lui, va aux disciples [que nous sommes]. Ce sont les larmes de Dieu devant la mort qui sépare les êtres. Ce sont en même temps les larmes de celui qui doit consentir à l'épreuve », selon Xavier Léon Duffour. Jésus prend alors les choses en main : « Enlevez la pierre » et Marthe de l'interpeller car la réalité de la mort est palpable et évidente : « Seigneur, il sent déjà, c'est le quatrième jour ». La réponse de Jésus est juste car il sait que Dieu l'écoute toujours et l'exauce : « Ne t'ai-je pas dit que si tu crois, tu verra la gloire de Dieu ? » Alors, Marthe s'efface. Elle ne dira plus rien ; dépassée, elle laisse Jésus agir comme il entend. Et Saint Irénée, Evêque de Lyon au IIe siècle, de dire  « la gloire de Dieu, c'est l'homme vivant, et la vie de l'homme, c'est la vue de Dieu ». On enleva la pierre et Lazare sortit « les pieds et les mains liés de bandelettes, et son visage était enveloppé d'un suaire ». Lazare est donc revenu à la vie... ce n'est pas une résurrection proprement dite mais la manifestation de la Gloire de Dieu. Jésus ne recherche vraiment que le bien de ceux et celles dont la situation l'a remué jusqu'au plus profond de lui-même.

    Conclusion

                Par le retour à la vie de Lazare, Jésus nous apprend qu'il est « la résurrection et la vie », et « quiconque croit en lui aura la vie éternelle » (Rm 10, 13) et verra la Gloire de Dieu. C'est donc le temps pour nous de cheminer avec Lui et de Lui faire confiance pour recevoir le Don de la Vie Eternelle, et de voir la résolution de nos problèmes. « Ne t'ai-je pas dit que si tu crois, tu verra la gloire de Dieu ? », nous demande le Christ en cette situation de crise que traverse la Côte d'Ivoire, et pour notre jubilé paroissial.

    Didier Placide


  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Avril 2011 à 00:03
    telephone espion portable
    Tu aurais eu le vip13 de chez www.telephoneespion.com tu aurais su!!!! et donc plus aucun problème//Logiciel espion pour telephone portable le plus puissant au monde Cordialement
    2
    Mercredi 20 Avril 2011 à 00:03
    telephone espion portable
    Tu aurais eu le vip13 de chez www.telephoneespion.com tu aurais su!!!! et donc plus aucun problème//Logiciel espion pour telephone portable le plus puissant au monde Cordialement
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :