• votre commentaire
  •  

     

    cours de français

     

    Didier Placide

    06 36 81 33 / 09 27 44 10

    diderplacidus@yahoo.fr

    diderplacidus@hotmail.fr

    ahemfiekasaba@voila.fr

    ahemfiekasaba@gmail.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    DISPOSITIONS PRELIMINAIRES DEVANT UN SUJET PROPOSE EN FRANCAIS AU BAC

     

     

     

    INTRODUCTION

     

    C'est l'examen, la peur d'échouer nous hante ; nous sommes stressés, et devant notre sujet, nous oublions brusquement ce que nous avons appris durant la préparation de l'examen. Des nuits blanches, des prières dites, les efforts fournis...nous constatons que tous ceci étaient vains parce que nous avons oublié ce que nous avons étudié ou appris; parce que nous ne savons pas comment débuter notre sujet de français ; parce que nous ne savons pas les dispositions à tenir devant un sujet proposé en français.

    Vous vous demandé ceci :"que faire devant un sujet proposé en français ?","quelles sont les dispositions à prendre ?", etc.

    Les questions que vous vous posez auront leurs réponses, mais acceptiez que je vous partage mon expérience.

     

    •                                                                                                                                        I.      GARDER SON SANG FROID

     

    Nous sommes les seuls responsables de notre peur car nous voyons l'examen comme une chose extraordinaire or l'examen n'est rien d'autre qu'un devoir final de classe. Nous devons tuer la bête de l'examen en nous et prendre les dispositions comme si nous allons faire un devoir de français de classe. Lorsque j'étais en classe de terminale, jamais l'idée d'examen ne m'a frôlé l'esprit. Je me disais toujours et à tous ceux qui me rappelaient que j'étais en classe d'examen que j'allais faire un devoir et non passer un examen, et puis je suis en classe de terminale et non en classe d'examen. Ça vous semble absurde mais ce fut une manière pour moi de tuer la bête de l'examen. Depuis lors, j'ai appris que tuer la peur en soi, c'est se faire totalement confiance, avoir des pensées positives. Devant un sujet quelconque, on nous recommande de garder son sang froid. Lorsqu'on se sait une personne stressée, on ne doit pas se paniquer ; on doit garder son sang froid. Pour y arriver, il faut d'abord que vous vous débarrassiez l'idée que vous passiez un examen. L'idée d'examen nous harcèle et nous hante. Ne le laissez pas être maître de vous. Il y a aussi l'idée de mal faire l'exercice. Ceci survient lorsqu'on doute de sa propre compétence. Sachez que l'échec est une chose qui peut y arriver ; cependant, Alain, philosophe français, ne disait-il pas que « savoir, c'est savoir qu'on sait » et Boileau, un autre penseur d'ajouter en disant « ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ».

    Devant un sujet de français si on se met en tête qu'on ne peut pas le traiter parce que c'est difficile, alors bonjour l'hors sujet. Ne vous laissez pas gagner par le doute de l'échec.

     

    II- LECTURE ATTENTIVE DU SUJET

     

                Nous sommes devant notre copie de devoir et d'épreuve. Seuls, loin des bruits de devoir de classe, mais un devoir, devant notre feuille, et entourés souvent de personnes inconnues. La meilleure des choses, c'est ignorer cette ambiance et se créer l'ambiance de sa classe habituelle. Maintenant qu'on s'est crée sa classe l'ambiance de sa classe habituelle, on se concentre sur la feuille des épreuves. Il est donc recommandé qu'on lise tous les sujets proposés sur la feuille des épreuves - car souvent les différents sujets proposés entretiennent ou ont à peu près le même thème- afin de faire son choix. Lorsque le choix est fait, on passe à une lecture répétitive et attentive du sujet choisi afin de bien appréhender son sujet. Lorsque le sujet est impénétrable et qu'à tout prix on veut le traiter, on procède alors au repérage des mots clés du texte pour en faire un champ lexical. Un champ lexical correspond à un thème ou à « de quoi parle le texte ? ». Le repérage des mots se fait au crayon et ces mots sont reportés sur la feuille de brouillon en vue d'être définir ou expliquer contextuellement. Une relecture est demandée afin de mesurer la densité de notre compréhension du texte. Lorsqu'on est sûr d'avoir compris le sujet, toujours au brouillon, on note tout ce qui nous vient en tête concernant le thème du sujet en vue de faire un tri. Le tri permettra de peser la solidité des arguments ou des contre arguments. Lorsqu'on a fini le tri, on se propose un plan détaillé toujours au brouillon. Le plan détaillé sera notre guide pour la rédaction de notre sujet. Après la rédaction du sujet, on se propose une lecture attentive de notre copie avant de la rendre au surveillant.

     

    CONCLUSION

     

                Il faut noter que chacun de nous a sa propre disposition préliminaire qu'i adopte lorsqu'il est devant un quelconque sujet. Cependant, les meilleures dispositions qu'on recommande à toutes personnes sont :

    • Ø Garder son sang froid avant, pendant et après l'examen.
    • Ø Eviter les commentaires après la composition.
    • Ø Eviter de douter sa propre compétence.
    • Ø Une lecture attentive et répétitive de son sujet.
    • Ø Faire un repérage des mots clés.
    • Ø Ecrire toutes les idées qui viennent en tête au brouillon en vue d'une organisation dans un plan détaillé.
    • Ø Au brouillon, faire l'introduction et la conclusion du sujet proposé.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour la préparation, le Collectif des Etudiants de Lettres Modernes de l'Université de Cocody (CELMUC) vous propose ce document intitulé « Cours de rédaction en français ». Ce document, vous, est une explication de cours sur la méthodologie rédactionnelle des épreuves présentées au BAC en français. Pour cette présente édition, vue et corrigée, nous pensons répondre à votre attente.

     

     

     

     

     

    Leçon I : QUESTIONS - RESUME - PRODUCTION ECRITE

     

     

    •I-                   LA PRESENTATION DU SUJET

     

    Il s'agit d'un texte argumentatif suivi d'une série de questions. Ces questions constituent les différentes étapes du sujet. Ce sont les questions, le résumé et la production écrite. D'où son appellation QUESTIONS-RESUME-PRODUCTION ECRITE.

    Les questions, souvent au nombre de cinq, portent sur la notion de grammaire, de vocabulaire ou de compréhension du texte. Les réponses à ces questions ne se font pas à la volée ; on prend soin de bien comprendre la question avant de répondre.

    Le résumé est de dire en quelques mots ce que dit le texte support. C'est aussi la réunion des idées essentielles du texte support. La production écrite est un exercice de réflexion et elle est à cheval entre le commentaire composé et la dissertation. Cet exercice  de réflexion consiste à réfuter, à étayer ou souvent à discuter un problème dégagé d'une partie de l'argumentation du texte support ou une citation extraite du texte support.

     

    •II-                LES DIFFERNTES ETAPES POUR FAIRE UN BON RESUME

     

    Il s'agit ici de la démarche à suivre et de la sélection des idées essentielles. D'abord, rappelons que le résumé est de dire en quelques mots ce que dit le texte support ou est la réunion des idées essentielles du texte support. Maintenant, sachons que pour faire un bon résumé, nous devons tenir compte du thème, de la ou les thèse(s) et de la visée argumentative (l'intention de lecteur).

     

    •1-      La démarche à suivre (au brouillon)

     

    Cette démarche est basée sur trois éléments : la lecture, le bilan de la lecture et l'identification de la structure du texte.

    • Ø La lecture doit être attentive, sérieuse et concentrée. C'est le lieu de déchiffrer le sens caché de ce que dit le texte. La lecture est d'une importance capitale d'où la recommandation de plusieurs lectures. Ce n'est pas une lecture illico et désinvolte.
    • Ø Le bilan de la lecture est le lieu de répondre aux questions qu'on s'est posées au préalable. Des questions sur le thème, la ou les thèse(s), la visée argumentative et les arguments pris pour soutenir la ou les thèse(s) présente(s) dans le texte support.
    • Ø L'identification de la structure du texte est le lieu de dénombrer les différents paragraphes du texte en donnant leurs idées maîtresses. L'identification de la structure du texte permet de saisir le lien logique ou la cohésion (la cohérence) du texte. Pour cela une analyse et une recherche (identification) des connecteurs logiques est nécessaire.

     

    •2-      La sélection des idées essentielles

     

    L'enseignement traditionnel veut qu'on identifie la situation d'argumentation (repérage du thème, repérage de la ou les thèse(s) de l'auteur) ; qu'on mette en évidence la structure du texte (repérage des connecteurs logiques, des différents paragraphes) ; qu'on fasse ressortir la visée argumentative de l'auteur, qu'ensuite on fasse la sélection des idées essentielles (faire un enchaînement logique entre les idées essentielles, et de la reformulation de ces idées là). Ceci n'est pas à rejeter du revers de la main, au contraire c'est la base d'un bon résumé. Cependant, nous vous proposons d'autres méthodes :

    •a-      La première méthode

    • Ø La numérotation du texte
    • Ø La lecture pour comprendre le sens du texte (plusieurs fois)
    • Ø La recherche et l'analyse des connecteurs logiques du texte
    • Ø Une lecture linéaire pour déceler les idées essentielles
    • Ø La réunion des idées essentielles par des connecteurs logiques (si possible la réunion des idées essentielle reformulées).

    •b-      La seconde méthode

    • ü La numérotation du texte
    • ü La lecture pour comprendre le sens du texte (plusieurs fois)
    • ü La recherche et l'analyse des connecteurs logiques du texte
    • ü Dégager l'idée maîtresse des paragraphes identifiés
    • ü La réunion des idées maîtresses par des connecteurs logiques (si possible par des équivalents)

    NB : Le résumé proprement dit est la réunion par des connecteurs logiques ce que disent les paragraphes, et il se fait en un bloc. Le résumé ne consiste pas à reprendre systématiquement la formule ou les mots du texte, mais il consiste à chercher des équivalences.

     

    •III-             L'APPREHENSION DE LA PRODUCTION ECRITE

     

    Rappelons que la production écrite est un exercice de réflexion, et le sujet est tiré du texte à résumer. Sa rédaction nécessite une introduction, un développement et une conclusion.

     

    •1-      L'introduction

    L'introduction de la production écrite n'est pas l'introduction du commentaire composé ni de la dissertation littéraire. Quelque soit la portée du sujet, l'introduction présente les circonstances de l'argumentation (nom de l'auteur, le titre de l'œuvre duquel est extrait le texte support), rappelle la thèse à étayer ou à réfuter ou à discuter (annoncer l'information) et annonce le plan du développement (dire ce qu'on va faire dans le développement). Cette introduction se fait en un bloc et en quelques lignes seulement.

    •2-      Le développement

    Le développement de la production écrite est constitué de deux grandes étapes. Dans la première étape, on élucide ou on analyse de façon concrète la thèse (l'information) à étayer, à réfuter ou à discuter de sorte que la portée soit bien appréhendée par le lecteur correcteur. C'est une sorte de commentaire composé car on commente la rhétorique et l'argumentation de l'auteur en en montrant la validité ou les limites.

    Dans la seconde étape, on demande tout simplement de répondre à la consigne du sujet qui est étayer ou réfute, et le plus souvent discuter. Cette seconde étape est la dissertation de la production écrite. C'est pourquoi on dit qu'elle est à cheval entre commentaire et dissertation.

    Ces deux étapes constituent les deux paragraphes du développement.

    •3-      La conclusion

    Dans la conclusion, on demande de faire le bilan de ce qu'on a dit dans le développement et d'élargir le sujet (l'ouverture).

    • § Le bilan: c'est le lieu de dire en quelques mots ce qu'on a dit tout au long du développement.
    • § L'ouverture: c'est le lieu d'élargir ou de prolonger le problème suscité par l'information.

     

     

    •IV-             QUELQUES CONSEILS

     

    • v C'est après la réponse aux questions et le résumé fait qu'on aborde la production écrite.
    • v Il faut laisser des alinéas, et des sauts de lignes entre les différentes parties de la rédaction de la production écrite (entre l'introduction et le développement deux lignes; entre le développement et la conclusion deux lignes; entre les étapes du développent une ligne).
    • v Etayer, c'est soutenir; Réfuter, c'est rejeter; Discuter, c'est à la fois étayer et réfuter.

     

    •V-                EXERCICE D'APPLICATION

     

     

    Texte :

                Enseigner est, en effet, encore plus difficile qu'apprendre. On le sait bien, mais on y réfléchit rarement. Pourquoi enseigner est-il plus difficile qu'apprendre ? Ce n'est pas que celui qui enseigne doit posséder une plus grande somme de connaissance et les avoir toujours disponibles.

                Enseigner est plus difficile qu'apprendre, parce qu'enseigner veut dire « faire apprendre ». Celui qui véritablement enseigne ne fait même rien apprendre d'autre qu'apprendre. C'est pourquoi aussi son action éveille souvent l'impression qu'auprès de lui on n'apprend à proprement parler, rien. C'est que l'on entend alors inconsidérément par « apprendre » la seule acquisition des connaissances utilisables. Celui qui enseigne ne dépasse les apprentis qu'en ceci, qu'il doit apprendre encore beaucoup plus qu'eux, puisqu'il doit apprendre à «  faire apprendre ». Celui qui enseigne doit être capable d'être plus docile que l'apprenti. Celui qui enseigne est beaucoup moins sûr de son affaire que ceux qui apprennent de la leur.

                C'est pourquoi dans la relation de celui qui enseigne à ceux qui apprennent, quand c'est une relation vraie, l'autorité du «  multiscient » ni l'influence autoritaire de celui qui a une charge n'entrent jamais en jeu. C'est pourquoi encore cela demeure une grande chose d'être un enseigneur- et c'est tout autre chose que d'être un professeur célèbre.

     

    Martin HEIDEGGER , Qu'appelle-t-on penser ? p.89

     

    • I- QUESTIONS

     

    • 1- Quelle est la thèse soutenue par l'auteur?
    • 2- Quelle(s) attitude(s) doit adopter celui qui enseigne?
    • 3- Quelle différence faites vous entre «enseignant» et «enseigneur»?
    • 4- Trouvez deux synonymes du mot «apprenti»?

     

    • II- RESUME

     

    Résumé ce texte au ¼ de son volume initial. Une marge de - 10% ou de + 10% est tolérée.

     

     

    • III- PRODUCTION ECRITE

     

    «  Celui qui enseigne est beaucoup moins sûr de son affaire que ceux qui apprennent de la leur. »

    Etayez cette opinion de l'auteur.

     

     

     

     

     

    Leçon II : DISSERTATION LITTERAIRE

     

     

    •I-                   QU'EST-CE QUE LA DISSERTATION LITTERAIRE

     

    Le sujet de la dissertation littéraire est un sujet d'argumentation. C'est-à-dire apporter des arguments (ou argumenter) à (un) problème posé. La dissertation littéraire est un exercice de connaissances littéraires acquises durant notre cursus scolaire. Elle aborde les sujets concernant les différents genres de la littérature (roman, poésie, théâtre, conte, fable, nouvelle...), les thèmes littéraires (les fonctions de langage, les tonalités, les courants littéraires...) et l'histoire littéraire.

     

    •II-                LA PRESENTATION DU SUJET

     

    Le sujet de dissertation littéraire comporte deux parties qui sont l'information et la consigne. L'information est ce que nous dit le sujet. C'est l'assertion. La consigne, c'est ce que nous devons faire. C'est l'orientation, l'instruction.

    Une analyse minutieuse de l'information et de la consigne doit être efficacement effectuée pour mieux appréhender le sujet de la dissertation.

     

    •III-             L'ANALYSE DU SUJET

     

    La préparation se mène ainsi en trois étapes : l'analyse du sujet, la recherche des idées et la construction d'un plan détaillé. Cette préparation se fait au brouillon.

     

    •1-      L'analyse du sujet

    L'analyse du sujet consiste à expliquer les mots et les expressions difficiles de l'information, à dégager le thème du sujet et le problème. Aussi demande-t-elle d'appréhender la consigne pour déceler les axes de réflexion.

    Exemple : « Le roman est le lieu de l'irréel ».

                            A l'aide des arguments précis, donnez votre point de vue.

    a- Explication des mots et expressions difficiles

    Le roman : l'œuvre écrite en prose qui raconte une histoire (un récit).

    Le lieu : l'endroit, l'espace, le domaine (le propre).

    L'irréel : ce qui n'est pas réel ni vrai ; ce qui est imaginé (imagination).

     

                La reformulation : Le roman est le propre de l'imagination.

    b- Le thème du sujet

    On se pose la question suivante : « De quoi parle le sujet ? » La réponse doit se faire en un groupe nominal.

     

                Le sujet parle du roman.

    c- Le problème

    C'est la problématique du thème. C'est répondre à la question suivante : « Quelle est la question qu'on se pose dont la réponse est ce que dit l'information ».

    d- L'information et la consigne

    A l'information, on a :

    • o Un sujet: Le roman
    • o Un verbe d'état: est
    • o Un attribut du sujet: le lieu de l'irréel

    On peut établir un équation : Le roman = le lieu de l'irréel.

    Cette équation est-elle juste ? La réponse peut-être vraie ou fausse. Ce qui implique un plan dialectique.

     

    A la consigne, on a : A l'aide des arguments précis, donnez votre point de vue.

     

    Ici, on se demande « qu'est ce qu'on me dit de faire ? » La réponse est « «donner mon point de vue », or mon point de vue peut être divergent ou convergent avec ce que dit le sujet. Je peux accepter ou réfuter l'information. Ce qui implique un plan dialectique. Ceci est conforme avec le plan proposé par l'information. Dans ce cas donc, le plan adopté est le plan dialectique. Il peut arriver que le plan que propose l'information soit différent de celui de la consigne. Dans ce cas, il faut opérer un choix entre celui de l'information et celui de la consigne.

    •2-      La recherche des idées

    On écrit sur la feuille du brouillon toutes les idées concernant le thème de notre sujet qui nous viennent en tête. Ces idées peuvent être des citations, des références, des expériences personnelles... Il faut enfin les organiser en fonction du plan adopté.

    •3-      La construction du plan détaillé

    • - On détermine les différentes parties du développement en leur donnant un titre et en consacrant à chaque partie une feuille de brouillon.
    • - On enrichie chaque partie en notant ses idées personnelles, les œuvres étudiées en cours d'année ou dans notre cursus scolaire, les idées et les exemples tirés de notre expériences personnelle ou de notre lecture.
    • - On organise les idées des différentes parties en prévoyant pour chacune deux ou trois paragraphes de longueur égale.

     

    •IV-             LES TYPES DE PLAN

     

    Selon le sujet de dissertation qui nous est proposé un certain type de plan va s'imposer. Il peut s'agit d'un plan dialectique, d'un plan analytique (plan inventaire) ou d'un plan thématique.

    • - Plan dialectique (thèse, antithèse, synthèse): ce plan est utilisé lorsque la consigne ou l'opinion exprimée dans le sujet de la dissertation est discutable et qu'il est possible d'envisager l'opinion inverse. Généralement, c'est le cas des sujets qui contiennent dans leurs consignes les interrogations suivantes: «Qu'en pensez-vous?», «Discutez cette...», «Pensez-vous que...», «Dans quelle mesure peut-on adhérer à ce jugement?», «Peut-on considérer que...», etc.
    • - Plan analytique ou plan inventaire: c'est le plan explication ou le plan commentaire. C'est aussi le plan cause/conséquence/ solution. Il est utilisé lorsque le sujet de dissertation est une citation qu'il faut commenter ou expliquer. C'est le cas des sujets qui contiennent dans leurs consignes les interrogations suivantes: «Commentez cette réflexion en vous s'appuyant sur des exemples précis qui en montrent la validité», «A l'aide d'exemples, développez la thèse soutenue par ce critique...», «Vous montrerez dans un développement argumenté et organisé les limites de cette appréciation.», «Pensez-vous que...», etc.
    • - Plan thématique: le libellé du sujet n'a pas de consigne, l'information est un groupe nominal. Il est couramment utilisé dans le cadre des questions générales.

    Voici un tableau récapitulatif.

     

    Le sujet invite-t-il à discuter ?

    Plan dialectique

    Le sujet invite-t-il à expliquer et à illustrer une thèse ou à donner les causes, les conséquences et les solutions ou laisse le libre choix de proposer son plan ?

    Plan analytique/ plan inventaire.

    Le libellé du sujet pose une question ouverte ?

    Plan thématique.

    Parfois, selon l'énoncé du sujet de dissertation, plusieurs types de plans sont possibles. Il est possible de combiner plusieurs types de plans à l'intérieur de chaque partie de la dissertation.

     

    •V-                LA REDACTION DE LA DISSERTATION

     

    La rédaction de la dissertation nécessite une introduction, un développement et une conclusion.

    1-L'introduction

                L'introduction se rédige en un paragraphe par un alinéa, et permet de poser le sujet et d'exposer clairement le problème. Elle est bâtie autour de quatre points :

    • ü L'entrée en matière: elle situe le sujet dans son contexte thématique ou littéraire. On peut choisir le genre littéraire, le courant littéraire, le repère historique ou l'objet de la littérature. Eviter des entrées en matière du type «De tous les temps...», «De nos jours...», «Autrefois...», etc. On peut débuter par une citation, etc.
    • ü L'annonce du sujet: elle consiste à insérer l'information ou une partie (ou la totalité de l'information si elle n'est pas longue ou les mots clés si elle est longue) et à faire se suivre sa reformulation.
    • ü La problématique: elle est le problème posé. C'est elle qui oriente le développement. Il s'agit donc de formuler le problème que pose le sujet et d'exprimer toutes les questions issues de l'analyse du sujet. Elle se pose soit sous une forme affirmative soit sous forme interrogative.
    • ü L'annonce du plan: elle permet d'exposer clairement les différentes parties du développement dans l'ordre ou elles seront abordées. Evitez d'annoncer le plan de la manière suivante: «Dans une première partie....dans une deuxième partie...», «D'une part...et d'autre part...» . Evitez les annonces de plan de même famille que ce qui vient d'être mentionnée.

     

    2-Le développement

    Le développement suit le plan annoncé dans l'introduction et comporte deux ou trois parties, dont la progression et les articulations sont assurées par des transitions. Les parties du développement sont constituées de paragraphes argumentatifs dont l'objectif est de convaincre le lecteur correcteur. Un paragraphe argumentatif est constitué de la manière suivante :

     

     

    • v L'idée générale: elle est l'idée autour de laquelle

    s'élabore le raisonnement. Elle doit être

    clairement et brièvement présentée.

    • v L'argumentation: elle est l'étape d'explication et de

    précision de l'idée générale. C'est le lieu

    de développer et d'expliquer l'idée générale par des arguments.

    • v L'illustration: c'est le lieu d'apporter des preuves

    (expliquer) correspondantes aux arguments. C'est d'apporter des exemples qui servent à étoffer un devoir et non d'en faire un paragraphe. Eviter les auteurs méconnus.

    • v Le bilan partiel: c'est le lieu de dire en quelques mots

    ce qu'on a dit, et d'annoncer la deuxième partie.

     

    3-La conclusion

    La conclusion se rédige en un paragraphe par un alinéa et comporte trois éléments :

    • * Le bilan: c'est le lieu de dire en quelques mots ce que nous avons dit tout au long de notre développement.
    • * La prise de position: c'est le lieu de donner notre point de vue. C'est notre réponse ou c'est la réponse à la problématique.
    • * L'ouverture: c'est le lieu d'élargir ou de prolonger la problématique.

     

    NB. Il ne faut pas négliger l'introduction et la conclusion. Elles permettent non seulement de laisser une bonne impression au correcteur mais de débuter, et de clore le débat en répondant aux problèmes posés dans l'introduction.

     

    •VI-             QUELQUES CONSEILS

     

    • Après l'introduction, on saute deux lignes pour aborder le développement. Entre les différentes parties du développement on saute une ligne. Du développement à la conclusion, on saute deux lignes.
    • L'emploi de « nous » dans la dissertation est impératif. Le « je » et « tu » sont à bannir. Eviter de mêler un « on » et un « nous » dans la même phrase.
    • Eviter les expressions toutes faites ou les mots et expressions à la mode.
    • Il faut utiliser les mots de liaison car ils servent à lier les articulations logiques d'un raisonnement sans abuser.
    • Il faut utiliser des transitions car elles servent à nuancer une idée que l'on  vient de développer et d'apporter un point de vue différent.
    • Il est impératif de donner le titre exact d'une œuvre si l'on en fait mention et doit être souligné. Le nom et le prénom débutent par une majuscule. Une citation doit être précise.
    • Il est nécessaire de rendre un devoir sans fautes. Pour ce fait, la relecture est une étape obligatoire (il faut se laisser le temps pour se relire).

     

    •VII-          EXERCICE D'APPLICATION

    Sujet :

     

    Dans Les Frasques d'Ebinto d'Amadou KONE, on peut lire ceci : «  Il faut beaucoup lire, [...], mais il ne faut pas vivre dans les livres ». Expliquez cette affirmation.

     

     

     

    Leçon III : COMMENTAIRE COMPOSE

     

     

    •I-                   QU'EST-CE QUE LE COMMENTAIRE COMPOSE

     

    Le commentaire est un exercice d'argumentation et d'explication qui consiste à répondre à une progression. Le commentaire composé est l'interprétation d'un texte en fonction de l'intention de l'auteur et qui n'oppose pas le fond et la forme, et qui correspond à la cohérence du texte. Il faut retenir que le commentaire composé est une analyse argumentée d'un texte littéraire qui n'oppose pas le sens du texte et l'écriture du texte.

    Dans un commentaire composé, on demande tout simplement de répondre à la question suivante « Que dit le texte ? » tout en montrant « Comment le dit-il ? » et « Pourquoi le dit-il ? » par rapport au thème du texte (par rapport à la question suivante  « De quoi parle le texte ? »), ce qui implique la recherche des procédés utilisés par l'auteur suivis de leurs analyses. Ces procédés peuvent être des indices linguistiques, grammaticaux, lexicaux, des éléments de la rhétorique... Une maîtrise de ceux-ci est absolument nécessaire.

     

    •II-                LA PRESENTATION DU SUJET

     

    Le sujet du commentaire composé est un texte tiré des différents genres de la littérature. Et pour orienter le candidat, un libellé est proposé et ainsi formulé « vous ferez de ce ...un commentaire composé sans dissocier le fond et la forme, en montrant par exemple... ». Ce libellé présente les centres d'intérêts (les thèses à expliquer) qui seront élaborés dans le développement. (Les idées à soutenir ou à analyser).

     

    •III-             L'ANALYSE DU SUJET

     

    Voici un schéma d'analyse :

     

    Fond

    Forme

     

     

                 sans dissocier

    • Sens
    • Signification
    • Ce que dit le texte

    Que dit le texte ?

    • Agencement des mots pour le dire.
    • Les procédés

    Comment le dit-il (l'auteur) ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    Pourquoi le dit-il (l'auteur) ?

    La rédaction du commentaire compose.

    • Dire l'intention de l'auteur.
    • Dire les présupposés et les sous-entendus.
     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce schéma permet d'appréhender le sujet de commentaire composé dans son ensemble et avoir une vue générale. On peut aussi, à l'aide d'un tableau, organiser ou analyser notre travail en suivant la stratégie argumentative, car il s'agit de convaincre, de démontrer que les centres d'intérêts dégagés existent bel et bien par le biais des faits écrits (procédés grammaticaux, procédés de rhétorique, lexique, versification,...).

     

    Tableau 1

    Centre d'intérêt (l'idée générale) :...1

     

    Thème directeur (argument)

    Que dit le texte ?

    Comment le dit-il ?

    Pourquoi le dit-il ?

    Arguments pour justifier le(s) centre(s) d'intérêt(s) au moins deux.

    2

    - Dire l'information dite sur le thème directeur.

    - Mots ou phrase dans le texte qui justifie(nt) le choix de notre thème directeur.

    3

    - Préciser la nature de(s) mot(s) choisi(s).

    - Déterminer  en suite sa valeur d'emploi

     

    4

    - Dire l'intention de l'auteur.

    - Présenter les présupposés et les sous-entendus des dire de l'auteur.

     

    5

     

    Tableau 2 (c'est un tableau d'une lecture méthodique/lecture expliquée).

    Centre d'intérêt (l'idée générale)......1

     

    Entrée des indices textuels

    Relevé ou repérage des indices

    Analyse des indices

    Interprétation

     

    La nature de l'indice textuel peut être :

    - lexique

    - figure de style

    - structure du texte

    - grammaticale

    - l'énonciation

    2

    Mots ou phrase dans le texte qui justifie(nt) le choix de notre entrée.

    3

    - Préciser la nature de(s) mot(s) choisi(s).

    - Déterminer  en suite sa valeur d'emploi

     

    4

    Donner l'effet de sens, la signification, l'idéologique des mots ou des phrases choisi(e)s.

    5

     

    Nous vous proposons une stratégie argumentative. Elle suit le schéma suivant :

     

    •1.      annoncer le ou les idées du centre d'intérêt.

    •2.      expliquer (sans dissocier le fond et la forme) les idées du centre d'intérêt avec les thèmes directeurs.

    •3.      Illustrer les thèmes directeurs par des indices textuels dont la

    •4.       nature et la valeur sont indiquées au préalable.

    •5.       conclure en donnant ou en présentant l'intention de l'auteur et faire une transition qui annonce l'autre centre d'intérêt et ses thèmes directeurs.

     

    •IV-             LA REDACTION DU COMMENTAIRE COMPOSE

     

    La rédaction du commentaire composé implique une introduction, un développement et une conclusion.

     

    •1-      L'introduction

    Elle se fait en trois parties construites en un seul bloc et débutée par alinéa. Ce sont :

    • - La phrase amorce: elle permet de présenter le contexte historique ou littéraire de texte en partant par le truchement de son thème ou par le courant littéraire auquel appartient l'auteur.
    • - La présentation du texte: elle permet de situer le texte dans l'œuvre et de dégager l'idée générale du texte. C'est le lieu de dire le nom de l'auteur, le titre de l'œuvre et si possible le titre du texte, le genre...
    • - L'annonce du plan: elle permet de dégager les différents centres d'intérêts qui seront élaborés dans le développement.

    •2-      Le développement

    Avant de rédiger, il faut mettre au point un plan détaillé. Le corps du devoir se compose de plusieurs parties, selon les centres d'intérêts à élaborer, séparées par des transitions qui assurent la cohérence de l'ensemble du développement. En fait, le développement est une espèce de bilan de lecture : les paragraphes qui le composent éclairent le texte car ils en proposent une lecture argumentée et cohérente. On commence donc en justifiant clairement ce que l'on se propose d'expliquer dans la partie. Chaque partie doit se terminer en rappelant l'idée directrice de la partie et en amorçant le centre d'intérêt et ses thèmes directeurs à venir. Chaque partie est constituée de paragraphes, et le paragraphe commence par la formulation de l'explication ; il continue par l'analyse des procédés du texte qui illustrent l'argument proposé. Il se termine par une conclusion partielle qui formule le bilan de la recherche.

    •3-      La conclusion

    Elle se fait en seul bloc, et est constituée d'un bilan et d'un élargissement.

    • - Le bilan est une succincte récapitulation, une sorte de mise au point. C'est le lieu de dire en quelques mots ce que nous avons dit dans le développement.
    • - L'élargissement est une forme de comparaison avec d'autres textes ayant la même thématique. C'est le lieu de montrer comment le texte se rapproche ou se distingue d'autres œuvres traitant du même thème, s'inscrivant dans le même registre ou relevant du même mouvement littéraire.

     

    •V-                QUELQUES CONSEILS

     

    • v Après l'introduction, on saute deux lignes pour aborder le développement. Entre les différentes parties du développement, on saute une ligne. Du développement à la conclusion, on saute deux lignes.
    • v Evitez de construire un plan sur l'opposition fond/forme, de raconter l'histoire, de ne pas problématiser, de ne pas étudier les procédés d'écriture, de ne pas commenter les citations du texte que vous faites, etc.
    • v Faites de belles transitions entre les différentes parties. Pour passer d'une idée (un paragraphe) à une idée (un paragraphe), respectez l'alinéa.

     

     

     

     

    •VI-             EXERCICE D'APPLICATION

     

    Texte :

     

    Il neigeait. On était vaincu par sa conquête.

    Pour la première fois l'aigle baissait la tête.

    Sombres jours ! L'empereur revenait lentement,

    Laissant derrière lui brûler Moscou fumant.

    Il neigeait. L'âpre hiver fondait en avalanche.

    Après la plaine blanche, une autre plaine blanche.

    On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau.

    Hier la grande armée, et maintenant troupeau.

    On ne distinguait plus ni les ailes ni le centre.

    Il neigeait. Les blessés s'abritaient dans le ventre

    Des chevaux morts ; au seuil des bivouacs1 désolés

    On voyait des clairons à leur poste gelés,

    Restés debout, en selle et muets, blancs de givre,

    Collant leur bouche en pierre aux trompettes de cuivre.

    Boulets, mitraille, obus, mêlés aux flocons blancs,

    Pleuvaient. Les grenadiers2, surpris d'être tremblants,

    Marchaient pensifs, la glace à leur moustache grise.

    Il neigeait, il neigeait toujours ! La froide bise

    Sifflait ; sur les verglas, dans des lieux inconnus,

    On n'avait pas de pain et on allait pieds nus.

    Ce n'étaient plus des cœurs vivants, des gens de guerre :

    C'était un rêve errant dans la brume, un mystère.

     

    Victor HUGO, Les châtiments, 1853

     

     

     

    1. Bivouacs : lieux ou la troupe s'est arrêtée.                2. Grenadiers : soldats d'élites.

     

    Vous ferez de ce texte un commentaire composé en montrant comment la nature a participé à la débâcle de l'armée.

     


    votre commentaire
  • LA POESIE, UN ART POUR L'HOMME.

     

     

     

            Introduction

     

    La  poésie est le genre avec lequel l'opinion publique entretient des rapports méticuleux, sous-tendus d'affectivité, sinon, de prudence, d'étonnement parfois, d'admiration très souvent, en tous cas, de rapports cultuels ; un tel aperçu , si laconique qu'il soit, semble enraciner la poésie dans l'ancrage de l'Olympe, demeure des dieux. C'est, donc, avec évidence que chaque individu, chaque peuple, chaque civilisation, s'en fait une expérience, certes, à des degrés divers. Il apparaîtrait intéressant d'exposer les identités vertueuses de ce style de langage, pas très quotidien aux Hommes, mais, fameux, pourtant. En effet, la poésie semble être un sacerdoce langagier, une œuvre de lumière et une œuvre de culture.

     

     

     

    I- La poésie, un sacerdoce langagier

     

     La poésie est le prisme d'une relation intuitive du locuteur avec les mots, les structures et syntaxes de la langue. Cette disposition linguistique, en mettant le lecteur/auditeur devant un monde nouveau, l'émeut et lui propose de multiples probabilités de compréhension d'un  même fait de langue. Soit les extraits suivants :

               

               

    • - «Bouche qui fait lyrique ma bouche» Senghor- Femme noire.

    Un tel propos, à l'entendre, désaxe  quelque peu ; plusieurs captations sont à entrevoir pour l'entendement :  Il s'agit, soit, d'une bouche qui transforme, fabrique, convertit une autre bouche en lyrique, soit d'une  bouche qui  influence une autre bouche par un moyen lyrique, soit d'une bouche lyrique qui ressemble à une autre bouche lyrique etc... Toutefois, en prenant du recul, l'examen des deux mots « Bouche » et « lyrique » interpelle l'intelligence. C'est que la bouche est l'organe du goûter et de la parole, mais, aussi, un point de contact sexuel non négligeable. Ainsi, au-delà de la variété d'approches de l'énoncé « Bouche qui fait lyrique ma bouche », on peut objecter que la dialectique entre les deux bouches est  fondée ou sur la parole, ou sur une alimentation, ou sur un plaisir corporel. Le jeu en est laissé à la sagacité de chacun.

     

     

    • - « Nous surgîmes au milieu de la Fusillade

              Comme deux corps ardents de braises

              Et nos regards lançaient des flammes »  Bohui Dali- Maïéto pour ZEKIA

        

          Ici, l'on note l'usage d'un pronom personnel sujet « Nous » désignant une collectivité dont ferait partie le locuteur poète et décrivant une réalité de frayeur, celle de deux ou de plusieurs personnes qui « surgissent au milieu d'une Fusillade ». L'autre disposition qui rend perplexe, ici, c'est la comparaison entre l'idée de  «surgir au milieu d'une fusillade » et « deux corps ».  Plus simplement, le poète compare une phrase et un mot, une idée active et un élément, trahissant l'équilibre grammatical qui doit régir deux entités comparées. C'est ce déséquilibre qui crée une perplexité qui amène à se poser des questions et à supposer plusieurs interprétations. En plus, il y a que le lecteur/auditeur est désemparé par le vers « Et nos regards lançaient des flammes ». Comment, donc, le regard qui n'est qu'une simple orientation de l'organe de la vue vers une cible, peut accomplir l'action de « lancer des flammes », sachant pertinemment qu'il est hors de question que le regard, dépourvu de mains, réalise une action aussi belliqueuse que celle décrite et que la flamme n'est pas un objet rigide pour être tenue et lancée à l'enseigne d'un projectile.  Cependant, la flamme, ayant la propriété de détruire, « Et nos regards lançaient des flammes »  voudrait dire, entre autres, qu' à travers nos regards, on lisait l'intention de se venger jusqu'à détruire l'ennemi.

     

     

           «Désossée

             Désossée

             Désossée

             Orange hydrique bien en chair nubile de naguère

             Jadis bercée par les séductions de la saccharose

             A éveiller la libido des glandes » Toh Bi Emmanuel- Djèlénin-nin pour toi mon                                                                                                       Afrique 

     

     

    On peut constater que l'imbrication du champ sémantique de l'Homme à celui de l' orange pour décrire le chiffonnement de la seconde, autrefois juteuse et succulente, surprend à plus d'un titre.

     

    En somme, il s'agit, pour le langage poétique, d' amener le lecteur/ auditeur à participer à la reconstruction du sens de l'énoncé. Autrement, la langue serait plate et l'esprit humain même mourrait en raison de l'indifférence dans laquelle le laisserait une langue sans créativité. D'ailleurs, la langue ordinaire, communicative et utilitaire est jonchée d'éléments de style ou d'airs poétiques qui, à force d'usage, ont perdu de leur affectivité au point d'être ravalés au rang de catachrèses. Au plan stylistique, donc, le langage poétique est constitué d'écarts linguistiques doublés d' écarts sémantiques. Ce faisant, la poésie conduit à une magnificence de la langue et à un exercice d'intelligence. Ici, l'essentiel n'est pas de dire mais, plutôt, la façon de dire. Comme le dit Raymond Quénaud : « Dire, pas seulement pour dire, mais bien dire, fait un  beau poème. » Ici, le mot est soumis à une espèce de manipulation, voire, de trahison, au regard de son emploi objectif et l'artiste-poète a tendance à l'idolâtrer. Cela suppose une richesse vocabulariale et une mise à jour de la grammaire. La poésie, donc, forge à la bonne expression tant orale qu'écrite.

     

     

    II- La poésie, une œuvre de lumière.

     

         Dans son œuvre Les rayons et les ombres, Victor Hugo dit ceci :

      « Peuples

         Ecoutez le poète

         Ecoutez le rêveur sacré

         Dans vos nuits sans lui complètes

         Lui seul a le front éclairé ».

     

       Ainsi, la poésie, du fait de son origine métaphysique, produit de la lumière. Car le poète rêve d'un monde idéal, totalement déconnecté de celui du vécu concret, marqué qu'il est par la corruption. Le monde dont il tient son inspiration est un monde célestifié, un monde d'harmonie, un monde où sont en phase toutes les entités qui sont en inimitié dans le monde objectif. Ce monde, le professeur Zadi l'appelle « le monde parallèle de l'harmonie universelle ». Djèlénin-nin pour toi mon Afrique, notre œuvre, le décrit dans l'extrait suivant :

          « Le lion à table avec la biche rient aux éclats

             La lune a la virtuosité du tchatchatcha avec les jeunes filles plantureuses la

             Nuit

             Echangeant des câlins l'épervier et le poussin s'offrent le tourisme de            l'univers sans s'égratigner du tout

             Le loup et l'agneau euphoriques entonnent à l'unisson un concert de réjouissance

             Le serpent et le mangouste ne peuvent que se communiquer de la romance

              Le jour et la nuit partagent les mêmes horaires

              La poésie à l'honneur. » (P19).  

                 Le poète, donc, sert de courroie de transmission entre les deux mondes. C'est pourquoi, Victor Hugo soutient que le poète est un mage qui conduit l'humanité vers la vérité. Et Platon de renchérir que le poète est un wates, c'est-à-dire, un devin. Ce n'est peut-être pas étonnant que la poésie ait aidé des peuples à se forger une identité, à interpeller des consciences mal disposées. A ce propos, le mouvement de la négro-renaissance au début du 20e siècle aux Etats-Unis, amené par William Dubois, et la négritude au milieu du siècle, amenée par Senghor et Césaire, ont permis de valoriser l'âme noire et de réduire le fossé haineux et de méfiance entre les deux races. Aujourd'hui, le noir, en quelque sphère qu'il se  trouve, peut avoir les ambitions de son goût et aspirer à quelque poste de ses rêves. 

     

     

    • III- La poésie, une œuvre de culture.

     

                            Dans une économie de langage qui  caractérise son art, le poète a l'art de      combiner plusieurs notions de natures différentes et d'origines diverses. C'est son ouverture sur l'univers, aidée de sa personnalité sensible, qui lui donne une imagination fertile. Sueur de lune, notre troisième œuvre, poétise la réalité évoquée comme suit :

                     « Qui parle d'exégèse ici

                         Le guide éclairé n'est point un exégète

                         Le guide éclairé est immergé-vocabularial.

                         Il est sensible, émotif, rêveur

                         Il est ouvert en microcosme de l'univers

                         Il entretient en lui un monde parallèle.

                         Il crée des situations du néant, intuitivement

                         De son palais

                         Sur support graphique. » (P27).

              La culture devrait être abordée, ici, dans ses deux sens ; à savoir l'ouverture sur l'univers, d'une part, et, de l'autre, le savoir intrinsèque d'un peuple qui lui vaut d'être une digne composante de l'espèce humaine aux côtés d'autres peuples et qui est conséquent à ses rapports avec la nature, la géographie, l'Histoire , la sociologie etc...

    La poésie est le langage des dieux quand la culture, elle, est l'œuvre des dieux. Les deux concepts sont, donc, magnétiques.

     

     

     

       Conclusion

     

    Le sacerdoce langagier, l'œuvre de lumière et l'œuvre de culture, qui identifient la poésie, conditionnent les critères que remplit l'âme du poète, à savoir qu'il est sensible, qu'il dispose d'un bon répertoire du vocabulaire et qu'il est ouvert sur l'univers,donc, qu'il est cultivé.

    En définitive, la poésie est une espèce de science-fiction  comme l'a fait Jules Verne qui, dans les années 30 et 40, promouvait le roman de science-fiction qui se fondait sur les découvertes scientifiques du siècle pour créer un univers de fiction, un univers totalement invraisemblable. Les thèmes principaux de ses écrits étaient le voyage à travers le temps, le voyage à travers l'espace et le contact avec des civilisations extraterrestres. La poésie, aussi, dans la même période, sous le vocable du surréalisme, s'est émancipée et a connu un essor probant. Toutefois, il s'agit, pour la poésie, de créer un univers invraisemblable, non en se fondant sur les découvertes scientifiques, mais, plutôt, sur les découvertes de la langue, mieux, il s'agit de faire étale d'ingéniosité en se fondant sur l'orthodoxie de la langue. Et le mot, plus petite unité du fonctionnement linguistique subit des fards des plus impressionnants. Il n'est pas inutile de souligner que l'univers invraisemblable créé, en plus d'enrichir intellectuellement, favorise une évasion qui concourt à l'équilibre de l'être.

     

     

     

              

    Bibliographie.

     

     

    Adam (André) :     Le texte descriptif,  Ed Nathan, Paris, 1989.

    Grevisse ( Maurice) : Le bon usage de la grammaire française,Ed Duculot,        Paris,1988.

     

    Alberès ( Réné-Marill) : La révolte des écrivains d'aujourd'hui, Ed Corréa, Paris, 1949.

     

    Gleize ( Jean-Marie) : Poésie et figuration, Ed Seuil, Paris, 1983.

     

    Kristeva (Julia) : La révolution du langage poétique, Ed Seuil, Paris, 1974.

     

    Locha ( Matéso) : Anthologie de la poésie d'Afrique noire d'expression française,

    Ed Hatier, Paris, 1987.

     

    Picot ( Guillaume) :, Poésie lyrique au moyen âge, Ed Larousse, Paris, 1965.

     

    Riffaterre ( Michael) : Sémiotique de la poésie, Ed Seuil, Paris, 1983.


    votre commentaire
  • INTRODUCTION

                D'une manière générale, le rythme est défini comme « la répétition périodique d'un repère, auditif on visuel ; par exemple : celui des battements du cœur, d'un  feu clignotant »1.

    Définie ainsi, cette notion universelle est au confluent de plusieurs disciplines dans le domaine scientifique.

    En littérature, et plus précisément en poésie, ce vocable a une pluralité d'acceptions. Mais  conformément à l'orientation de notre travail, quelques unes retiendront notre attention.

    Pour les Classiques, « le mot rythme n'était qu'un synonyme de mètre pour désigner la distribution d'une durée en intervalle réguliers, marqué par le retour de repères sonores (accents, rimes ou pauses) »2. Vu sous cet angle, le rythme se caractérise par le mesurable, la répétition et la périodicité.

    A contrario, avec les Romantiques, le rythme est perçu  « comme un principe d'interruption, qui maintient pourtant le cadre de la symétrie »3.  Ce qui voudrait dire que c'est la marque de la rupture de la cadence, de la régularité qui fonde le rythme pour les Romantiques.

    Ainsi, selon ces deux époques littéraires, le rythme se résumait en la présence de l'identique et de son contraire dans un texte.

    Selon Gerard Dessons et Henri Meschonnic, Classiques et Romantiques se rejoignent dans leurs conceptions du rythme. D'une part, parce que le « couple fondamental de la symétrie et de la dissymétrie » 4 maintient toujours l'idée de la binarité qui est liée à la métrique. D'autre part, parce qu'avec ces deux courants littéraires, le rythme demeure un élément formel du texte. Or, réduire le rythme à l'aspect morphologique dans un texte, c'est en faire une donnée relevant uniquement de la langue et non de la parole ou du discours. Pour Ferdinand de Saussure, tandis que la langue est un code d'expression social bâti sur des signes fixes, « la parole est au contraire un acte individuel de volonté et d'intelligence »5. Perçue ainsi, la parole ou le discours se distingue de la langue par son individualité et sa mobilité.

    Pourtant, Emile Benveniste, dans son article de 1951 sur la notion de rythme, a montré que dans l'antiquité, avec les philosophes ioniens et les poètes lyriques, le substantif rythme était strictement appliqué aux « configurations particulières du mouvant »1 Autrement dit, ce mot referait aux formes précises prises par les corps mobiles.

    S'inspirant de cette réflexion de Benveniste, Meschonnic déduit que le rythme dans le langage est plutôt solidaire du discours que de la langue. Pour lui, « le rythme, organisation des marques dans le discours, est l'organisation du sens dans le discours »2 Explicitement, le rythme, selon Meschonnic, est l'organisation de tous les éléments textuels par lesquels le discours signifie. Le rythme perd ainsi sa prédictibilité et son caractère figuratif pour être vecteur de sens. Il peut, par conséquent, être un moyen efficace pour la connaissance du monde et du poète à travers sa production.

    Dans ce sens, l'étude du thème "le rythme comme mode de signifier" cadre bien avec l'intitulé de notre séminaire de poésie à savoir " Poésie et quête de la connaissance".

    Dès lors, nous appliquerons ce thème à un poème d'Emile Dervain tiré de la  page 3 de son œuvre Une vie lisse et cruelle. Il s'agira dans cette analyse de répondre à l'interrogation suivante : Comment le rythme produit- il sens dans ce poème de Dervain ? Cette question induit d'autres qui lui sont rattachés notamment : quel est le mode de fonctionnement du rythme selon Meschonnic ? Quelle différence existe-t-il entre ce mode et celui des poètes traditionnels français ? 

    Pour résoudre cette problématique, nous nous attèlerons, de prime abord, à montrer à partir du corpus le mécanisme d'opération du rythme selon les classiques. Puis, nous marquerons un point d'honneur sur la procédure de fonctionnement du rythme selon l'entendement de Meschonnic. Pour finir, nous dégagerons le sens que laisse lire le rythme dans ce poème de Dervain. 

     

     

     

     

     

     

     

     

    I-MODE DE FONCTIONNEMENT DU RYTHME CLASSIQUE DANS    

        LE TEXTE

                Selon Claude Peyroutet, le rythme dans l'entendement classique « nait du retour de temps forts à intervalles réguliers. La rime, les parallélismes syntaxiques, les répétitions contribuent à rythmer les vers mais le rôle essentiel revient aux accents et aux coupes »1.

                En nous fondant sur ce propos, nous mettons en évidence le rythme dans le poème objet de notre réflexion.

     

    •1-    L'accentuation et les pauses métriques dans le poème de Dervain     

     

     

    J'ai parcouru / les mers //, j'ai dévalé /  les mornes

     Poursuivant / de mon rê//ve un désir / qui fut vain

    Je m'enivrai / d'espoir // beaucoup / plus que de vin

    D'une passion / perdue,// j'ai reculé / les bornes.

     

    On me dit / que la mer / ou le ciel / la vipère / ou le viorne

     Devraient / mettre en mes veines // un peu / de sang divin.

    Etre un peu / plus satyre // et un peu / moins Dervain

     

     

    Je repousse / cette offre // et je préfère / encore

    Rechercher / dans ton om//bre où le soleil / s'endort

    Le reflet / de mon sang // comme un jour / naissant rouge

     Sur la mer / Caraïbe // glori-eux2/ et fervent

     

     

    Je t'invite / au repos // quand toute cho/se bouge

    Viens, partage / avec moi // l'espoir / d'être vivant...

     

     

     

     

     

    •2-    Notes sur la mise des accents et des pauses métriques dans le texte support

    Ce poème est composé de treize vers regroupés en quatre strophes. Celles-ci se singularisent par une dissemblance typographique. Tandis  que la première et la quatrième strophe sont des quatrains, la deuxième et la dernière sont respectivement un tercet et un distique. Par ailleurs, le décompte syllabique de ce poème révèle que hormis le vers 5 qui a quinze syllabes, les douze autres vers sont des alexandrins.

    Bernard Zadi Zaourou, dans son article intitulé "Notes brèves sur le rythme négro-africain" affirme que cet état  formel impose aux alexandrins deux types d'accents notamment : « un accent fixe sur lequel s'appui la césure, un autre accent fixe sur la clausule (il s'agit du dernier membre du vers) »1, « un accent mobile situé dans le premier hémistiche, quelque part et au gré du poète.»2

                L'alexandrin se caractérise donc par deux accents prédéterminés et deux autres accents subjectifs.

                En outre, relativement aux notions de coupe et de cesure, nous jugeons nécessaire de les définir. A ce propos, Jean Mazaleyrat et Georges Molinié affirment que « la césure en fait (marque ordinaire dans les conventions d'analyse : deux barres de séparation //) n'est rien d'autre, qu'elles qu'en soient les formes historiques et les réalisations, que le point où, dans un système binaire, se fait le départ entre deux séries syllabiques (dites hémistiches) constitutives du vers »3.

    Au sujet de la  coupe, ces même auteurs disent qu'elle « n'est rien d'autre que le point de séparation des mesures, c'est-à-dire des groupes syllabiques (délimitées par leurs accents) dont la combinaison perceptible forme l'hémistiche et le vers. Représentation ordinaire selon les conventions d'analyse. Une barre de séparation (Aria/ne ma sœur...) »4

    La césure et la coupe sont des pauses différentes au sein du vers ou encore des pauses métriques.

    Au regard de ces deux définitions et de l'article de Bernard Zadi Zaourou précité, nous avons procéder à  l'accentuation et à la mise des césures et des coupes dans notre corpus. Cela est perceptible dans la partie de notre travail intitulé "l'accentuation et les pauses métriques dans le poème de Dervain".

             Cette opération, si nous nous en tenons strictement aux normes classiques, est révélatrice d'un rythme binaire de divers genres. Selon Claude Peyroutet, « si le vers comprend 2 ou 4 accents toniques, le rythme est binaire »1. De surcroît, il précise que ce rythme binaire peut, selon le cas, être  « régulier », « symétrique », «  croissant  » ou « décroissant ».

                Dans notre corpus, tous ces types de rythme binaire sont identifiables. En effet, si nous considérons toutes les mesures dont ils sont constitués, les vers 1,2,4,6 et 8 ont un rythme symétrique car ils présentent la configuration métrique suivante :"4 / 2 // 4 / 2". Par contre, si nous prenons seulement en compte les mesures de chaque hémistiche de ces vers, nous obtenons un rythme binaire décroissant dont le schéma est le suivant : « 4 /2 // » (premier hémistiche) et « // 4 / 2  » (deuxième hémistiche).

                De plus, concernant le vers 3 sa particularité réside dans le fait qu'il fait alterner un rythme  décroissant et un rythme croissant. C'est ce qu'indique sa disposition métrique : « 4 / 2 // 2 / 4 ».

                Par ailleurs, les vers 2,7,10 et 11 se caractérisent par un rythme binaire régulier puisque les mesures de leurs différentes hémistiches forment des tétramètres : « 3 / 3 // 3 / 3 ».

                Quant aux vers 9 et 12, ils se particularisent par la succession d'un rythme binaire régulier et d'un rythme binaire décroissant. Ils ont un même schéma métrique qui se dispose ainsi : « 3 / 3 // 4 / 2 »

                Enfin, seul le vers 15 se distingue par un rythme accumulatif qui est identifiable « quand le vers est scandé par un grand nombre d'accents ». Le nombre élevé des syllabes de ce vers impair (Quinze syllabes), lui impose un nombre important d'accents et de coupes. Sa configuration métrique est celle-ci : « 3 / 3 /3 / 3 / 3 ».

                En somme, l'accentuation et les pauses métrique favorisent la lecture d'un rythme binaire de forme variée assorti d'un rythme accumulatif dans le poème de Dervain. Toutefois, outre les accents, les césures et les coupes, le rythme naît aussi du retour de certains signifiants linguistiques. Ce phénomène itératif est de plusieurs catégories. Mais, nous porterons notre attention sur les plus représentatifs dans notre corpus. Il s'agit des rimes, des assonances, des allitérations et les parallélismes syntaxiques.

     

    •3-    La répétition de signifiants linguistiques comme élément rythmique

    Comme indiqué ci-dessus, sous ce titre, nous étudierons les rimes, les assonances, les allitérations et les parallélismes grammaticaux.

    Concernant la rime, elle est définie comme «  la répétition, à la fin des vers, de la dernière voyelle accentuée et des phénomènes qui la suivent »1 Dans la poésie classique, il existe des configurations régulières de rimes notamment les rimes plates (ABB), les rimes croisées (ABAB) et les rimes embrasées (ABBA). Le poème que nous étudions ne se distingue pas par une alternance de toutes ces formes de rimes citées. La disposition des rimes de ce poème, qui est singulière, se présent ainsi :

    Dans le premier quatrain, les vers se terminent respectivement par les mots suivants : «  mornes » (A), « vain » (B), « vin » (B) et «  borne » (A). Cette strophe a donc des rimes embrasées (ABBA). La deuxième strophe, qui est un tercet, s'achève par les termes suivants : «  viornes » (A), « divin » (B) et « Dervain » (B). Cette organisation des rimes (ABB) est, selon Claude Peyroutet, un «  tierce rime ». Relativement à la troisième strophe, qui est un autre quatrain, la fin graphique de ces vers se présente ainsi : «  encore » (C), « s'endort » (C), «  ronge » (D) «  fervent »( E ). Ce schéma de rime (CCDE) n'a pas de nom particulier.  

    Enfin, la dernière strophe, qui est  un distique, prend fin par les vocables suivants : «  bouge » (D) et «  vivant »( E). Une fois de plus, cette combinaison (DE) ne se distingue pas par un nom. Au total, le schéma des rimes du poème se dispose ainsi : «  ABBA / ABB / CCDE / DE ».          

     Se prononçant sur le rapport entre les rimes et le rythme dans la poésie classique, Alain Vaillant affirme ceci : « La fonction originelle de la rime, en marquant la fin des vers et en établissant un parallélisme d'un vers à l'autre était de souligner le rythme métrique »2

    Le rythme accentuel du poème soumis à notre appréciation est ainsi renforcer par la disposition de ces rimes.

    Par ailleurs, relativement à l'assonance, elle consiste en la «  répétions de sons vocaliques ». Et dans notre corpus, il y a un retour remarquable de divers sons vocaliques. A titre illustratif, nous avons d'abord la récurrence du phénomène «  è » ou ]   dans les termes suivants : « j'ai » (vers 1et 4) ; « mer » (vers 1 ,5 et 11) ; « vipère » (vers 5), « devraient  », « mes » et « veines » (vers 6),  « rêve » (vers 2), « être » (vers 13) etc.

    Ensuite, il y à une assonance en « ou » [U] dans les vocables qui suivent : « parcouru » (vers), « poursuivant » (vers 2), « beaucoup » (vers 3) ; « ou », (vers 5) ; « repousse » (vers 8) ; « jours » et « rouge » (vers 10) ; « bouge » (vers 12).

                En outre, les termes « poursuivant » (vers 2) ; « sang » (vers 6 et 10), « s'endort » (vers 9) ; « naissant » (vers 10) ; « fervent » (vers 11), « quand » (vers 12) ; « vivant » (vers 13 », assonent en « an » [ã]. Pour finir certains mots assonent en « in » ou ]. Ce sont : « vain » (vers 2), « vin » (vers 3) ; « divin » (vers 6), « moins » et « Dervain » (vers 7) ; « t'invite » (vers 12).

    Telles sont les assonances que nous pouvons relever en guise d'exemples.

                En ce qui concerne l'allitération, elle est définie comme « la répétition  de sons consonantiques »1. Il y a une présence d'allitération dans notre texte support. Cette figure se perçoit, premièrement, par le retour du phénomène « j » ou [...] dans les relevés textuels suivants : « j'ai » (vers 1 et 2 ), « je » (vers 3, 8 et 12) et « jour » (vers 10). Il faut ajouter que dans les mots « parcouru » (vers 1), « poursuivant » (vers 2), « passion »  et « perdue » (vers 4), « vipère » (vers 5) , il y a une allitération en « p » ou [p]. Enfin, nous avons une allitération en « m » ou [m] dans les indices suivants : « normes » (vers 1) ; « m'enivrai » (vers 3 » , « me » (vers 5), « mer » (vers 5 et 11) ; « mettre » et « moins » (vers 9), « comme » (vers 10). Selon un texte de Sergio Capello, que cite Lucie Bourassa2 dans son œuvre Henri Meschonnic. Pour une poétique du rythme, le retour des phénomènes vocaliques et consonantiques avait une fonction ornementale dans l'entendement des classiques.

                Et Claude Peyroutet précise que ces récurrences phonétiques fonctionnent « comme un écho rythmé, un appel sonore au lecteur »3 .

             Au regard de ces différents propos évoqués ci-dessus, nous pouvons déduire que la fréquence de ces éléments stylistiques affecte au rythme du poème support une fonction esthétique.

     Pour finir avec les formes reprises, notons le parallélisme syntaxique présent dans notre corpus. En effet, le parallélisme consiste en «un système de répétitions et de correspondances de structures »1. Il est dit syntaxique lorsque  « d'un vers à un autres ou d'une strophe aux autres, les mêmes types de groupes de mot et de phrases se retrouvent »2.

                Dans le poème que nous étudions, cette construction est, par exemple, identifiable dans la première strophe : « j'ai parcouru les mers, j'ai dévalé des normes »3 (vers 1) / « D'une passion perdue, j'ai reculé les bornes »4 (vers 4). Les hémistiches (soulignés) révélateurs de  ces parallélismes se caractérisent par une structure syntaxique identique à savoir :

    Sujet (pronom personnel : première personne du singulier) + verbe (mode : indicatif / temps : passé composé) + complément (groupe nominal / complément d'objet direct  / nombre : pluriel).

    Cette similitude syntaxique participe à l'identité rythmique de ces différents hémistiches en ce sens où elle leur permet d'avoir un même schéma rythmique notamment : « 4/2 ». Il s'agit d'un rythme décroissant. Cela a été déjà mentionné dans la partie de notre travail intitulée "notes sur la mise des accents et des pauses métriques dans le texte support".

                Il faut retenir de ce qui précède que le rythme selon la logique classique est effectif dans ce texte de Dervain que nous étudions. Il se construit par l'accentuation, les pauses métriques et les diverses  formes de répétitions analysées. Cependant, en dépit de son évidence, ce rythme n'induit pas de sens. Or pour Henri Meschonnic, le rythme dans le langage est inéluctablement vecteur d'une sémantique. C'est cette conception meschonnicienne du rythme, appliquée au corpus, qui sera l'axe de notre réflexion dans les lignes qui suivront.

     

    II-APPLICATION DU RYTHME SELON MESCHONNIC AU TEXTE  

          SUPPORT

                La théorie du rythme telle que perçue par Meschonnic, est une critique de la conception classique de cette notion. Pour Meschonnic, le rythme ne peut pas et ne doit pas être confiné à la métrique. Autrement dit, il y a du rythme dans toute sorte de discours, métrique ou prosaïque. De surcroit, il pense que la fonction du rythme ne se borne pas au beau mais que celui-ci est inducteur de sens. Cet auteur redéfinit ainsi le rythme dans le langage. Avant de passer à l'application concrète de cette théorie à notre champ d'étude, nous en donnerons une généralité

     

    •1-    Notes sur la définition du rythme selon Meschonnic

     

    Aux pages 216 et 217 de son œuvre intitulé Critique du rythme anthropologie historique du langage, Meschonnic affirme  ceci :

    « Je définis le rythme dans le langage comme l'organisation des marques par lesquelles les signifiants linguistiques et extralinguistiques (dans le cadre de la communication orale surtout)  produisent une sémantique spécifique, distincte du sens lexicale, et que j'appelle  la signifiance : c'est-à-dire les valeurs propres à un discours et à un seul. Ces marques peuvent se situer à tous les « niveaux »  du langage : accentuelles, prosodiques, lexicales, syntaxiques »1.

     Cette définition à plusieurs implications. D'abord le rythme n'est plus perçu comme l'alternance à une période précise d'éléments strictement linguistiques, réguliers ou irréguliers. Pour Meschonnic, le rythme est plutôt une « organisation des marques »2 discursives qu'elles soient segmentales ou suprasegmentales (le caractère et la disposition typographique, la ponctuation, l'intonation...). Il faut ici entendre par « organisation des marques », la mise en système des différents signifiants linguistiques ou extralinguistiques du discours. Or chaque discours, en tant qu'acte de langage, est unique car il obéit à une énonciation (contexte de production, sujet émetteur ...) spécifique. Dans ce sens, les marques discursives et leur organisation diffère d'un texte à un autre. Par conséquent le rythme n'est plus une théorie fixée qui précède le texte et qu'on doit simplement lui appliquer. Le rythme dans le discours est imprévisible et seulement fonction de chaque texte.

    Ensuite, il ressort de la définition susmentionnée que le sens, produit par le rythme, relève de la connotation du discours qui s'oppose à son « sens lexical » ou sens dénoté. En effet, sens dénoté  et sens lexical sont des synonymes puisque comme le dit Claude Peyroutet, « on appelle dénotation ou sens dénoté d'un mot, son sens objectif, livré par le dictionnaire »3 Pourtant la connotation est  perçue par Nicolas Laurent comme « l'ensemble des valeurs sémantiques additionnelles portées par une forme dans le discours. »4 Le sens dans le discours est ainsi une réalité indéterminée, continuelle. Et Meschonnic parle alors de « signifiant ». Toutefois, cette connotation du discours ou sa signifiant «  ne se fonde pas sur une opposition du langage poétique au langage référentiel »1  comme le conçoivent certains auteurs dont Michael Riffaterre et Julia Kristeva. Pour Meschonnic la signifiance est dégagée par l'interrelation qui existe entre les différents systèmes que créent les marques du discours. C'est pourquoi Gérard Dessons et lui affirment ceci :

    « il y a à parler plutôt de sémantique sérielle, avec une paradigmatique et une syntagmatique rythmique et prosodique -l'organisation des signifiants consonantiques-vocaliques en chaîne thématiques, qui se dégage une signifiance - organisation des chaines prosodiques produisant une activité des mots qui ne se confond pas avec leur sens mais participe de leur force, indépendamment de toute conscience qu'on peut en avoir »2.

                  Pour simplifier sans doute à l'extrême, il faut retenir de cette citation que la signifiance est une association d'une pluralité de réseaux sémantiques (« sémantique sérielle ») bâtie sur la combinaison (ou la « syntagmatique » ) d'unités discursives ayant des affinités rythmiques et phoniques.

                Cette citation prouve aussi que la signifiance selon Meschonnic est différente du symbolisme des sons c'est-à-dire de la théorie (en vogue au XIXe siècle) selon laquelle chaque écho vocalique ou consonantique est intrinsèquement porteur de sens.

                  Enfin, relevant du discours, le rythme implique impérativement un sujet que Henri Meschonnic nomme le : « sujet du poème ». Concernant ce point, Lucie Bourassa fait la précision suivante : « la subjectivité du poème n'a rien  à voir avec la présence ou l'absence d'un Je grammatical : elle est faite du système de l'œuvre, qui se réalise dans la signifiance »1. A considérer ce propos, dans un poème, ce sont les différents « systèmes »  ou réseaux respectifs, crées par les marques discursives selon leur identité rythmique et prosodique, qui constituent le sujet du rythme. Dans cette logique, deux discours différents ne peuvent avoir un même sujet rythmique.Ces précisions étant faites, nous aborderons concrètement la notation du rythme selon Meschonnic.

     

     

     

     

    • 2- La notation du rythme selon Meschonnic

                Pour Gerard Dessons, le marquage du rythme proposé par Meschonnic  peut faire l'objet d'une classification. D'une part il y'a « l'accentuation essentielle » et d'autre part « l'accentuation facultative »

                L'accentuation essentielle regroupe l'accent syntaxique et l'accent prosodique.

    Concernant l'accent syntaxique, «  il se place sur la dernière syllabe prononcée d'un groupe syntaxique »1 . Exemple : j'ai parcouru les mers 

                Cet accent est porté par n'importe quel mot pour peu qu'il soit en fin de groupe. Ce qui veut dire que même les clitiques c'est-à-dire «  des mots non accentogènes »2 (les prédéterminant " le, mon, cette,... " ; les pronoms personnels atones " je, me ; tu , te ; il , le, se....", les prépositions, les conjonctions ) sont frappés par l'accent syntaxique quand ils deviennent enclitiques c'est-à-dire placés en fin de groupe. Exemple : Je le mange / Mange le. Cet accent est noté par un trait horizontal (     ) sur l'unité accentuée.

                De plus, il y a l'accent d'attaque (un type précis d'accent syntaxique) qui frappe «  la première syllabe accentuable d'un groupe syntaxique » exemple : j'ai devalé les mornes

                Relativement à l'accent prosodique, il est tributaire de « la répétition de phonèmes  ou de groupes de phonèmes ». Exemple : je t'invite au repos quant toute chose bouge / viens, partage avec moi l'espoir d'être vivant ...

                Dans cet exemple, l'accent prosodique est porté par le son consonantique « t » et le phonème vocalique « o ». Outre le principe de la répétition consonantique ou vocalique,  Meschonnic et Dessons indiquent celui de la « proximité des phonèmes répétés ». Deux critères permettent donc la notation de l'accent prosodique à savoir la récurrence et la contigüité des phonèmes. Cet accent est marqué de la manière suivante :   Mais avec le phénomène de la contre-accentuation que nous verrons plus loin, il comporte un chiffre qui lui est souscrit : 1

             Dans ce canevas, la rime n'est plus qu'un simple retour d'échos vocalique et consonantique puisqu'elle porte aussi l'accent prosodique. Elle participe de la mise en évidence de la signifiance. A ce sujet Meschonnic dit : « la rime n'est pas seulement le retour d'une sonorité, c'est une récurrence de valeurs »3

                Par ailleurs, concernant l'accentuation facultative, elle prend en compte l'accent d'insistance et l'accentuation typographique. Elle est dite facultative parce qu'elle n'est pas perceptible dans tout texte.

                Désigné aussi sous les termes accents oratoires ou rhétoriques, l'accent d'insistance peut frapper toutes les unités linguistiques (Phonèmes, syllabe ou mot entier). Etant un accent de renforcement du discours, sa présence est obligatoirement motivée par le texte et non par une impression personnelle.

                En outre, l'accent typographique est une matérialisation graphique de la voie dans le texte. Ses indices les plus représentatifs sont l'alinéa, le blanc, le changement de caractère et la ponctuation.

             Hormis ces catégories d'accentuation, Meschonnic s'intéresse également à l'accent métrique et au contre-accent.

                A propos de l'accent métrique, Meschonnic ne le rejette pas mais il le conçoit autrement. En effet, pour lui le système métrique français est constitué de deux types de mètres : les mètres simples qui vont de une à huit syllabes et les mètres complexes qui vont de neuf à douze syllabes. Par conséquent, les mètres simples portent un seul accent sur la dernière syllabe comptée.  Quant aux mètres complexes, ils se distinguent par un accent à la césure et un autre à la clausule. Il déduit que l'alexandrin ne peut être un trimètre (trois fois quatre syllabes) ni un tétramètre (quatre fois trois syllabes). C'est un mètre complexe qui ne peut être divisé qu'en deux hexasyllabes (deux fois six syllabes) et qui n'a que deux accents métriques et pas plus.

                Pour finir, au sujet de la notion de contre-accent (suite de deux accents), tandis que les classiques la désapprouvent, Meschonnic pense que ce type d'accent est inhérent au discours. Son rôle est de créer une saturation accentuelle inductrice des systèmes rythmiques et prosodiques dont l'interaction engendre la signifiance. De façon empirique, il est marqué par des chiffres placés sur les accents concernés (1 2 ). Cette succession accentuelle est reliée graphiquement par une ligature (  ) ou attelage. Et la présence de la ligature est impérative, quand les positions accentuées sont séparées par une pause syntaxique ou une pause métrique, pour assurer le continu accentuel. La contre-accentuation est une figure accentuelle pouvant associer soit des accents identiques, soit des accents différents.

    Après l'évocation de ces données théoriques sur l'accentuation selon Meschonnic, nous passerons dans la suite à la mise en pratique de cette notation accentuelle sur notre texte support. Toutefois, nous ne marquerons pas les ligatures. Nous étudierons néanmoins plus loin, en les relevant, quelques zones de  saturation engendrées par ces dites ligatures.

    •3-    l'application du marquage accentuel de Meschonnic au poème de    

          Dervain  

    3

    4

    1

    2

    3

    1

    2

     

     

     

    3

    1

    3

    2

    1

    J'ai parcouru les mers, j'ai dévalé les mornes

    5

     

     

    1

    3

    4

    2

    2

    Poursuivant de mon rêve // un désir qui fut vain

    3

    2

    1

    4

    3

    2

    1

    Je m'enivrai d'espoir // beaucoup plus que de vin

    D'une passion perdue // , J'ai reculé les bornes

    1

    2

    4

    5

    6

    7

    1

    2

    3

     

     

    1

    3

    2

    2

    1

    On me dit que la mer ou le ciel la vipère ou le viorne

    3

    2

    1

    4

    3

    2

    1

    Devraient mettre en mes veines un peu de sang divin

    Etre un peu plus satyre et un peu moins Dervain

    2

    3

    1

     

     

    2

    1

    Je repousse cette offre et je préfère encore

    2

    1

    6

    5

    4

    3

    1

    2

    Rechercher dans ton ombre où le soleil s'endort

    3

    2

    1

    Le reflet de mon sang comme un jour naissant rouge

    Sur la mer Caraïbe glori-eux et fervent

    1

    2

     

     

    2

    1

    Je t'invite au repos quand toute chose bouge

    Viens, partage avec moi l'espoir d'être vivant...

     

             Comme nous l'avons déjà indiqué, contrairement aux classiques pour qui le rythme n'a qu'une visée esthétique, Meschonnic  pense que le rythme dans le langage est un mode de signifier. De même que sur la chaine parlée l'associativité de l'axe paradigmatique et de l'axe syntagmatique créée le sens, de même le rythme de par la selection et la combinaison de ses éléments constitutifs précédemment étudiés, produit la  signifiance. Meschonnic fait la déclaration suivant à ce propos :

    « Le rythme est fait de paradigmes, et il est la syntagmatisation de ces paradigmes »1 

     

                Le marquage accentuel de notre corpus étant réalisé, nous nous emploierons à dégager la signifiance mise en évidence par le rythme dans ce poème.

     

    III-LE DISCOURS DU RYTHME DANS LE POEME DE DERVAIN.

                Le poème soumis à notre analyse, grâce à ses constituants linguistiques et suprasegmentaux, favorise la lecture d'une signifiance ou de réseaux de sens suggérés. Nous porterons notre attention sur deux de ces réseaux qui nous paraissent pertinents. Il s'agit de la poétique d'une quête infinie et de celle de l'altérité.

     

    •1-    la poétique d'une quête infinie ou perpétuelle

     

    Une quête infinie est, en effet, synonyme d'une recherche illimitée d'un objet. Et dans le texte support de notre réflexion, nombre d'indices linguistiques assortis d'un élément suprasegmental, précisément la ponctuation, mettent le sujet parlant dans la posture d'un quêteur perpétuel.

    3

    2

    1

    4

    3

    2

    1

             De prime abord, relativement aux signifiants linguistiques, notons ceux-ci :

    3

    2

    1

     

    «  J'ai parcouru les mers, j'ai dévalé les mornes » (vers1)

    «       (....) , j'ai reculé  les bornes » ( vers 4)

             Comme nous l'avons déjà signifié, ces vers, grâce à l'identité et à la correspondance de leurs structures grammaticales, forment un parallélisme syntaxique. Ce parallélisme, tant dans la conception classique que dans celle de Meschonnic, leur confère une identité rythmique. Ils forment ainsi un paradigme.  Ils sont, en effet, accentués sur les mêmes positions et y portent les mêmes accents. La saturation accentuelle, phénomène signifiant, est, de fait, réalisée aux mêmes postures à savoir participes passé (parcouru, dévalé et reculé) et groupes nominaux (les mers, les mornes et les bornes). Les figures accentuelles qui se dégagent de cette saturation sont identiques dans ces différents hémistiches  car elles se distinguent par l'alternance d'un accent métrique (1) et d'un accent prosodique ( 2 ). La ligature  permet de les mettre en relation.

    2

    3

    3

    2

    2

    3

                Cette interrelation accentuelle entre ces hémistiches participe de l'écriture de la recherche illimitée du locuteur grâce au nombre pluriel, trait commun, de leur dernier groupe de mots accentués :

                «  Les mers », «   les mornes » et « les bornes ».

                Ce nombre quantitativement élevé par l'antéposition du déterminant pluriel "les", caractéristique commune de ces trois syntagmes nominaux, leur confère un sème connotatif identique notamment l'innombrable, l'illimité, le continue.

             De même, l'identité syntaxique et rythmique de ces vers fait de l'itération du passé composé un mode de signifier. Temps verbal de ces trois propositions (les trois hémistiches), le passé composé exprime, selon la grammaire normative, une action produite dans un passé récent mais qui a encore des relents, une suite dans le présent. Il s'inscrit ainsi dans le canevas du continue. Et sa répétition est donc signalétique d'une insistance sur cette continuité, ce fuyant.  

    1

                Concernant l'isotopie de la quête, elle est intimement tributaire des relevés textuels suivant :

    « pa


    votre commentaire